Vendredi, 17 Août 2018
Dernières nouvelles
Principale » Sécurité routière : 80 km/h pour sauver des vies

Sécurité routière : 80 km/h pour sauver des vies

17 Mars 2018

Alors qu'Edouard Philippe s'est rendu en Sarthe ce vendredi matin pour défendre l'abaissement de la vitesse maximale à 80 km/h sur les routes secondaires au 1er juillet, la Fédération des Motards en colère appelle à nouveau rassemblement ce dimanche à Tours à 10h30.

Durant sa visite, le Premier ministre, accompagné de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, a discuté avec une victime d'un accident grave. Cette mesure suscite des mouvements de contestations, surtout de la part des automobilistes.

"Notre combat n'est pas contre les Français": Edouard Philippe a défendu vendredi la décision du gouvernement de limiter la vitesse à 80km/h contre 90km/h sur les routes secondaires, une mesure qui fait débat et dont l'opposition de droite s'est emparée pour dénoncer une "présidence des villes".

Edouard Philippe a enfin réaffirmé que la mesure serait mise en oeuvre "pour une période de deux ans qui doit nous permettre de mesurer son efficacité".

L'ex-président Zuma sera poursuivi pour corruption — Afrique du Sud
Cette déclaration a été faite par le procureur général de la justice Sud-Africaine aujourd'hui, lors d'une conférence de presse. Son conseiller financier de l'époque, Schabir Shaikh, a été condamné pour corruption dans cette affaire.

La FFMC déplore que la politique de la Sécurité Routière ne s'attaque qu'aux conséquences des accidents et pas leur cause, notamment les infrastructures, les conduites addictives, ou encore le téléphone au volant. En février, 217 personnes ont été tuées en France métropolitaine, soit 12 de plus qu'en février 2017 (+ 5,9%), et 20 en Outre-mer, soit six de plus qu'en février 2017. Lors de sa visite, Édouard Philippe a insisté: "Je sais bien que ça râle".

"Il faut en discuter avec les élus locaux dans nos campagnes qui sont bien placés pour savoir les portions de route qui sont dangereuses et celles qui ne le sont pas", a relevé cet homme, faisant référence à une lettre envoyée à Matignon et co-signée par 28 présidents de conseils départementaux, demandant une "application différenciée de la limitation de vitesse à 80 km/h". "Mais je trouve que ça vaut le coup d'affronter un peu de râlerie quand on fait une mesure qu'on pense utile".

Le gouvernement estime que "350 à 400 vies" pourraient être sauvées chaque année avec cette mesure et rappelle que le coût sera pris en charge par l'Etat et les recettes perçues intégralement versées à des établissements prenant en charge les accidentés de la route. Le chef de l'Etat, discret sur la question, avait appelé à "expliquer aux gens que c'est 2 minutes (en plus, ndlr) sur le trajet moyen qui est de 40 km". Ce n'est pas l'avis de Pierre Chasseray, délégué général de l'association 40 millions d'automobilistes.

Sécurité routière : 80 km/h pour sauver des vies