Dimanche, 22 Juillet 2018
Dernières nouvelles
Principale » Le juge qui a fait libérer Cantat regrette "la dictature de l'émotion"

Le juge qui a fait libérer Cantat regrette "la dictature de l'émotion"

16 Mars 2018

Si Bertrand Cantat réclame le droit d'exercer son métier de chanteur, soutenu par des fans venus en nombre à ses concerts, les annulations et manifestations devant les salles où il se produit posent pourtant la question de son avenir artistique.

Le juge d'application des peines, qui a décidé d'accorder à Bertrand Cantat sa libération conditionnelle en 2007, dénonce "la dictature de l'émotion" et regrette que "l'institution judiciaire" soit devenue "secondaire". Condamné en 2004 pour le meurtre de Marie Trintignant, l'ex-leader de Noir Désir s'est lancé début mars dans sa toute première tournée solo depuis sa sortie de prison. "Il dénonce " une véritable mise au pilori en place médiatique", avec " la montée en puissance des réseaux sociaux, formidable caisse de résonance d'une dictature de l'émotion depuis longtemps dénoncée " et reproche le " déchaînement de passions qui s'exprime aujourd'hui " et qui empêche à un ancien détenu de se réinsérer dans la société.

"Le juge explique également le "contrat moral" qu'il passe avec les condamnés qu'il a en charge: "'la règle des trois D': "décence, discrétion et droit à l'oubli".

Rossi rempile pour 2 ans — MotoGP
En revanche, il s'agit d'une mauvaise nouvelle pour le Français Johann Zarco, principal candidat à sa succession, jusqu'ici. Cinquante-six de ses 115 victoires en Grand Prix toutes catégories confondues l'ont été avec la marque japonaise.

Si la série de concerts prévue par Bertrand Cantat a indigné ses détracteurs, Mr Laflaquière déplore que le " tribunal médiatique tout-puissant, incontrôlable "prenne le pas sur l'institution judiciaire qu'il demande de " fortifier" par tous les moyens. S'il juge "pleinement légitime" le combat pour "la libération de la parole et l'action des mouvements féministes", il estime que celle-ci "tourne maintenant à la vindicte publique". " Pour Cantat, comme pour certaines personnalités mises en cause dans des affaires d'agressions sexuelles, c'en est bien fini de la présomption d'innocence et du bénéfice du doute " rétorque le juge.

Bertrand Cantat, jusqu'où le vent de la polémique le portera?

Le juge qui a fait libérer Cantat regrette