Mercredi, 23 Mai 2018
Dernières nouvelles
Principale » Trump bloque la fusion entre Broadcom et Qualcomm

Trump bloque la fusion entre Broadcom et Qualcomm

13 Mars 2018

Donald Trump a bloqué la prise de contrôle de Qualcomm par Broadcom Ltd (AVGO.O) pour des raisons de sécurité nationale, mettant fin à ce qui aurait été la plus grosse affaire du secteur technologique et qui, selon la Maison Blanche, donnerait à la Chine l'avantage dans les communications mobiles. "Le rachat projeté par l'acquéreur (Broadcom) est interdite, et toute fusion sensiblement équivalente, acquisition ou rachat, effectué directement ou indirectement, est aussi interdit", précise le décret présidentiel promulgué.

Préserver la sécurité nationale des Etats-Unis: c'est l'argument avancé par Donald Trump pour bloquer la fusion entre les fabricants de microprocesseurs Broadcom et Qualcomm.

"L'enquête a jusqu'à présent confirmé les inquiétudes en matière de sécurité nationale", est-il écrit dans la lettre."En l'absence d'informations modifiant l'évaluation du CFIUS sur les risques en matière de sécurité nationale posés par cette transaction, le CFIUS envisagera de prendre des initiatives supplémentaires, y compris mais pas seulement en saisissant le président de cette transaction en vue d'une décision".

Qualcomm avait rejeté l'offre à 117 milliards de dollars (95 milliards d'euros) de Broadcom, projet qui a fait l'objet d'une enquête par le Comité des investissements étrangers aux Etats-Unis (CFIUS), qui examine les investissements susceptibles d'avoir des implications en termes de sécurité nationale.

Laurent Blanc veut un nouveau projet d'entraîneur
Le Cévénol a mis sa carrière de coach en parenthèses depuis deux saisons, mais il est désormais disposé à la reprendre.

Donald Trump s'est déjà opposé l'an dernier, sur la base des recommandations du CFIUS, au rachat du fabricant américain de microprocesseurs Lattice par un groupe étatique chinois appuyé par un fonds d'investissement américain.

Huawei dispose d'une position dominante en Chine, qui devrait être de loin le premier marché de la 5G, et s'est également développé ailleurs dans le monde pour concurrencer les géants nordiques que sont Ericsson et Nokia.

Broadcom s'est dit dans un communiqué laconique " en profond désaccord avec l'idée que [l'] acquisition proposée de Qualcomm soulève la moindre inquiétude en matière de sécurité nationale ".

Le titre de Qualcomm a chuté en Bourse après l'annonce de cette décision, perdant plus de 4 % dans les échanges électroniques d'après séance vers 3 h 30 (mardi à Paris). Celle-ci a été avancée au 23 mars.

Trump bloque la fusion entre Broadcom et Qualcomm