Samedi, 23 Juin 2018
Dernières nouvelles
Principale » Philippe confirme l'article "spécifique" pour la Corse — Constitution

Philippe confirme l'article "spécifique" pour la Corse — Constitution

13 Mars 2018

Quelle place pour la Corse dans la Constitution? Le président de la collectivité de Corse Gilles Simeoni et le président de l'Assemblée Jean-Guy Talamoni ont été reçus pendant plus d'une heure et demie par le Premier ministre Édouard Philippe sur ce texte que le couple exécutif espère pouvoir présenter en Conseil des ministres au printemps.

Signe de la sensibilité du sujet, le Premier ministre Edouard Philippe a choisi lundi soir d'entretenir le suspense sur le contenu de l'"article spécifique" - l'autonomie y sera-t-elle mentionnée comme le souhaitent les élus corses? et sur sa numérotation. Préférant rester vague. Seule concession, mais importante, il a confirmé que la Corse serait mentionnée dans la Constitution, conformément à l'engagement pris par Emmanuel Macron, lors de sa visite dans l'île début février. Ce devrait être le cas dans les prochains jours, a-t-il indiqué aux présidents de l'Exécutif et de l'Assemblée de Corse.

La droite sénatoriale, dont l'appui sur le volet constitutionnel est décisif pour éviter un référendum, a exprimé ses réticences par la voix du président du Sénat Gérard Larcher, qui veut que la mention de la Corse soit faite dans le cadre "de l'article 72 et uniquement de l'article 72".

La police abat un homme armé — Paris
Après une patrouille dans les rues avoisinantes de la clinique, un fonctionnaire de police se retrouve nez à nez avec lui. Un homme a été abattu par la police ce lundi soir dans le 15e arrondissement de Paris, près de la clinique Blomet.

Gérard Larcher doit être reçu mercredi, dernier jour fixé par Edouard Philippe pour sa consultation des responsables parlementaires. "Mais le Premier ministre n'a finalement rien laissé filtrer".

Interrogé sur les raisons de cette prudence, Gilles Simeoni a rapporté que le Premier ministre avait souligné que "la révision constitutionnelle était un processus d'ensemble, complexe, que la question corse divisait souvent, qu'ils avaient une majorité à trouver à travers le vote du Congrès", a rapporté Gilles Simeoni.

Cette mention dans la loi fondamentale était l'une des rares concessions d'Emmanuel Macron aux nationalistes corses, pourtant forts d'une large victoire aux élections territoriales de décembre 2017. "Nous souhaiterons bien sûr qu'au sein de cet article soit précisé que la Corse bénéficiera d'un statut d'autonomie, ce point-là n'est pas acté par le gouvernement", a-t-il ajouté. "C'est un nouvel article, on ne connaît pas encore la numérotation, à l'évidence le gouvernement pencherait pour un article 72-5 nouveau et nous nous préférerions sans doute un article avec une autre numérotation mais là n'est pas l'essentiel, ce qui compte c'est le contenu", a estimé Gilles Simeoni. Gilles Simeoni a fait adopter jeudi par l'Assemblée de Corse une résolution demandant des habilitations "permanentes", qui concernent des volets comme "la protection du patrimoine foncier, les particularités linguistiques et culturelles de l'île, le développement économique et social, l'emploi". Les élus ignorent notamment si la réforme déléguera de nouvelles compétences à la collectivité de Corse, une évolution à laquelle la ministre Jacqueline Gourault, en charge du dossier, avait semblé favorable.

Philippe confirme l'article