Vendredi, 14 Décembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Mis en cause, le nouveau prestataire attaque son prédécesseur — Vélib

Mis en cause, le nouveau prestataire attaque son prédécesseur — Vélib

12 Mars 2018

Smovengo reconnait que, pour l'instant, seules 376 stations ont été mises en service.

Les usagers risquent de mal le prendre car, trois jours plus tôt, la maire de Paris, Anne Hidalgo promettait que tout fonctionnerait "fin avril-début mai".

Smovengo identifie "deux causes principales" aux retards dans la mise en place et cible en premier lieu son prédécesseur JC Decaux, qui a exploité les Vélib' pendant dix ans.

Cyclisme : le Tour de France 2020 partira de Nice
L'Italie s'était positionnée pour accueillir le départ de l'édition 2020 du Tour de France. Pour le départ français, Besançon, dans le Doubs, avait même été évoquée.

Il n'en a rien été. Et, depuis, malgré de multiples engagements, le retard n'a jamais été rattrapé. Au 7 mars, 355 stations étaient en service, bien loin de l'objectif initial de 700 stations au 1er janvier et de 1.400 fin mars dans la capitale et les 60 communes environnantes, soit 20.000 vélos. "La gestion administrative du projet par le SAVM a souffert de graves insuffisances", accuse Smovengo.

"Sans ces pertes de temps, Vélib' Métropole serait aujourd'hui au rendez-vous", déplore Smovengo, qui assure néanmoins que "les Franciliens disposeront très bientôt du meilleur service de Vélo partagé au monde". L'électrification des stations prend aussi du retard car certaines informations techniques ne sont pas disponibles. "À date, 350 stations qui auraient dû être démontées ne le sont toujours pas", estime Smovengo dans son communiqué de presse. "Le Syndicat Autolib' Vélib' Métropole est chaque jour aux côtés de Smovengo pour l'aider à lever les difficultés de pilotage du marché, a réagi le SAVM dans un communiqué dimanche après-midi". Tout comme doivent le faire l'ancien et le nouveau prestataire du service public Vélib'(.). "Notre concurrent a tout tenté par ses recours juridiques (tous perdus!) et ses manœuvres dilatoires, y compris en matière sociale, pour retarder le passage de relais", dénonce-t-il, assurant que "son très grand retard dans le démontage de ses stations perturbe fortement la montée en puissance de nos chantiers".

Mis en cause, le nouveau prestataire attaque son prédécesseur — Vélib