Mardi, 11 Décembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Effacer les tatouages pourrait bientôt être possible

Effacer les tatouages pourrait bientôt être possible

12 Mars 2018

Une proportion qui ne permet pas d'estimer la part de ceux qui regrettent leurs tatouages et seraient tentés de les effacer s'ils le pouvaient.

Pendant de nombreuses années, on pensait que les tatouages fonctionnaient en colorant les cellules fibroblastiques dans la couche dermique de la peau.

Plus récemment, une autre hypothèse a été avancée. Ce serait en fait dans les macrophages, des cellules immunitaires spécialisées qui défendent l'organisme contre les agents infectieux en les ingérant.

Nous pensons que lorsque les macrophages de tatouage pigmentés meurent au cours de leur vie adulte, les macrophages voisins récupèrent les pigments libérés et assurent de manière dynamique l'aspect stable et la persistance à long terme des tatouages selon Henri. D'après leurs conclusions, ce sont en réalité les macrophages qui se "transmettent" les particules de pigment en mourant, et non les fibroblastes.

Crash d'un avion privé turc en Iran avec onze personnes à bord
Un avion de la compagnie iranienne Aseman s'y est écrasé tuant les 66 personnes à bord. Selon l'agence de presse iranienne Tasnim, il s'agissait d'un jet privé.

Les auteurs de ces travaux ont remis en question ces deux explications. En utilisant des souris génétiquement modifiées, les chercheurs ont démontré que les macrophages morts relâchaient les pigments dans leur environnement.

Dans tous les cas, il était supposé que les cellules ayant absorbé les pigments étaient éternelles, d'où la longévité de l'encre dans la peau. Au fil des semaines, " les cellules ainsi détruites ont été remplacées par de nouveaux macrophages, (...) en provenance de la moelle osseuse connues sous le nom de monocytes ". Ils ont ainsi découvert que les macrophages du derme étaient le seul type de cellules à absorber le pigment lors du tatouage de la queue des souris. "L'apparence du tatouage ne changeait pas" car "les macrophages morts libéraient le pigment dans la zone les environnant où, au cours des semaines suivantes, ce pigment était réabsorbé par de nouveaux macrophages", a raconté l'Inserm. Les chercheurs ont ainsi transféré un morceau de peau tatouée d'une souris à une autre et découvert que, six semaines plus tard, la plupart des macrophages porteurs de pigment provenaient de l'animal destinataire plutôt que de l'animal donneur.

Cette découverte devrait trouver son application dans l'opération compliquée qui consiste à retirer l'encre, pour effacer un tatouage. La compréhension de ce cycle laisse entendre que les tatouages pourraient être effacés par des impulsions laser qui provoqueraient la mort des cellules cutanées et la libération et fragmentation de leurs pigments. Aujourd'hui, des impulsions laser détruisent les cellules et libèrent les pigments, afin qu'il soient évacués par les vaisseaux lymphatiques qui traversent la peau. "Le détatouage via cette technique laser peut probablement être amélioré par l'élimination temporaire des macrophages présents dans la zone du tatouage", déclarent les chercheurs. L'étude, qui sera publiée dans la revue Journal of Experimental Medicine, suggère des moyens d'améliorer la capacité de la chirurgie au laser pour éliminer les tatouages indésirables.

Effacer les tatouages pourrait bientôt être possible