Samedi, 31 Octobre 2020
Dernières nouvelles
Principale » "Caroline De Haas là, j'ai envie de la gifler", déclare Dominique Besnehard

"Caroline De Haas là, j'ai envie de la gifler", déclare Dominique Besnehard

02 Mars 2018

Les propos ont provoqué la colère des internautes et des associations féministes. L'intervieweur a interrogé le producteur sur les mouvements féministes initiés à la suite de l'affaire Weinstein, qui appellent les femmes à dénoncer notamment des actes de harcèlement sexuel.

Invité de Jean-Pierre Elkabbach sur la chaîne d'information, le producteur s'en est pris à la militante féministe qui a annoncé son intention de porter plainte. Lequel a répondu: "Il n'est pas impossible que vous ne soyez pas le seul". "Quand je vois certaines journalistes qui disent un homme sur trois est un prédateur, Caroline De Haas là, j'ai envie de la gifler".

Le Slack de Google passe à l'échelle — Hangouts Chat
Messages directs, conversations de groupe et gestion de salles de discussion font partie du package lancé hier par Google. Google a annoncé le 28 février la sortie de son outil de messagerie à destination des entreprises: Hangouts Chat .

Le producteur était invité de la matinale pour parler de la 43e cérémonie des César ce vendredi soir, marquée par la mobilisation du monde du cinéma contre les violences faites aux femmes.

Quelques mois seulement après le déclenchement du mouvement #MeToo, et de la libération de la parole des femmes victimes de violences, la séquence fait énormément réagir sur les réseaux sociaux. "Nous avons reçu une centaine de saisines concernant cette séquence et le dossier sera examiné dans les prochaines semaines", a indiqué à LCI le service presse du Conseil. Choquée par les propos tenus par Dominique Besnehard, Caroline De Haas aurait indiqué à L'Express sa décision de porter plainte: "Caroline De Haas affirme à L'Express être en route pour porter plainte contre Dominique Besnehard" a tweeté Audrey Kucinskas, journaliste de la rédaction du célèbre hebdomadaire. "Et moi comment dois-je prendre sa réflexion anti-homme". La " boutade", comme l'a qualifiée Jean-Pierre Elkabbach, n'est pas passée inaperçue. "En matière de féminisme, je n'ai aucune leçon à recevoir", a-t-il insisté.