Dimanche, 16 Février 2020
Dernières nouvelles
Principale » La Ghouta toujours sous les bombes malgré la trêve — Syrie

La Ghouta toujours sous les bombes malgré la trêve — Syrie

26 Février 2018

Les raids du régime syrien ont tué en sept jours plus de 500 civils, dont 123 enfants, dans la Ghouta orientale, a indiqué samedi une ONG.

Trois civils ont été tués et 27 blessés dimanche, a précisé l'Observatoire.

Cette résolution intervient alors que d'importants massacres attribués au régime de Bachar Al-Assad ont été perpétrés dans la Ghouta orientale. Des combats de ce type se déroulent quotidiennement sur le front, a-t-il toutefois expliqué.

Plus de 13,1 millions de Syriens ont actuellement besoin d'aide humanitaire, dont 6,1 millions de déplacés à l'intérieur du pays depuis le début de la guerre civile il y a sept ans.

Chaque jour, les correspondants de l'AFP dans la Ghouta orientale ont filmé les mêmes images: des corps alignés dans les morgues d'hôpitaux de fortune, des enfants en pleurs et le visage ensanglanté, des secouristes à bout de force, enveloppés dans des nuages de poussière grise et qui tentent de dégager des victimes des décombres.

Cette nouvelle campagne aérienne dévastatrice a été lancée dimanche dernier par le régime en prélude à une offensive terrestre pour reprendre ce dernier fief contrôlé par les rebelles aux portes de Damas, un bastion du pouvoir.

List et Lovemark en tête à la Classique Honda
List a ramené la meilleure carte de la journée en jouant 66, cinq coups sous la normale, pour ainsi faire un bond de 35 places. Alex Noren et Webb Simpson sont les deux leaders à -4, et Justin Thomas fait partie du groupe des troisièmes à un coup.

Par le passé, plusieurs cessez-le-feu temporaires ont été adoptés en Syrie.

Le président de la République, Emmanuel Macron, et la chancelière allemande, Angela Merkel, devaient s'entretenir dans la journée avec le président russe, Vladimir Poutine, sur l'application de la trêve en Syrie, a rappelé M. Griveaux. Le communiqué prévient qu'ils seront "extrêmement vigilants sur sa mise en œuvre concrète".

" Comme l'indique (la résolution), des zones de la périphérie de Damas qui sont aux mains de (groupes) terroristes ne sont pas concernées par le cessez-le-feu et les offensives et le nettoyage de l'armée syrienne vont se poursuivre", a ainsi déclaré le chef d'état-major de l'armée iranienne, le général Mohammad Bagheri, cité par l'agence officielle Irna.

Le Conseil a prévu de se réunir à nouveau sur ce sujet dans quinze jours. Par ailleurs, des exclusions au cessez-le-feu pour les combats contre les groupes djihadistes Etat islamique et Al-Qaïda ont été stipulées. Elles peuvent donner lieu à des interprétations contradictoires, Damas qualifiant de "terroristes" les rebelles soutenus par l'Occident, ont noté des observateurs. Et pour échapper au déluge de feu du régime, ses habitants sont désormais terrés dans les sous-sols. Le 22 janvier, l'Observatoire avait rapporté 21 cas de suffocation dans la Ghouta orientale, habitants et sources médicales évoquant une attaque au chlore.

Prévu ce vendredi, le vote au Conseil de sécurité a été repoussé à plusieurs reprises, avant d'être finalement décalé à samedi, à 17H00 GMT.

La Ghouta toujours sous les bombes malgré la trêve — Syrie