Lundi, 24 Septembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » France: le plan de lutte contre la radicalisation dévoilé

France: le plan de lutte contre la radicalisation dévoilé

23 Février 2018

Édouard Philippe présente ce vendredi 23 février un plan de lutte contre la radicalisation. Ces services spéciaux seront disponibles à Lille-Annoeullin et Vendin-le-Vieil dans le Nord ou à Condé-sur-Sarthe, près d'Alençon.

"Cette radicalisation islamiste menace notre société", a estimé Philippe. Et le volet le plus attendu était celui qui concerne les prisons suite à l'agression d'un surveillant par un détenu radicalisé dans le Pas-de-Calais. Sur près de 70.000 détenus en France, 512 personnes sont actuellement incarcérées pour des faits de terrorisme. Ce dispositif, aujourd'hui expérimental, est une piste envisagée pour éviter que les cadres prosélytes des réseaux djihadistes n'entrent en contact avec les détenus de droit commun. Le plan acte également la création de trois nouveaux "centres de prise en charge individualisée" en milieu ouvert, qui s'inspirent d'un centre au Danemark.

Un volet entier du "plan national de prévention de la radicalisation" est donc consacré à l'éducation. Ils concerneront principalement des personnes sous contrôle judiciaire, notamment des "revenants" des zones de combat jihadistes en Syrie et en Irak. En outre, une augmentation du nombre d'établissements d'accueil des radicalisés est prévue. Leur régime de déclaration va être unifié et mis à jour. Deux décrets qu'il va signer porteront sur les conditions qui permettent d'écarter un militaire ou un fonctionnaire exerçant une activité sensible pour des motifs de radicalisation.

RMC s'attaque à Henrique, pas assez présent... dans les médias — PSG
Et s'il a travaillé sur les dossiers Neymar et Kylian Mbappé, il n'est pas le principal responsable de ces deux énormes transactions.

Lutter contre le complotisme. Un total de 323 personnes, dont 68 mineurs, en sont revenues. A l'issue de cette période, ils ne seront plus placés en détention ordinaire: ils iront soit en "quartier étanche", soit à l'isolement, soit dans des quartiers de prise en charge des personnes radicalisées (QPR).

Depuis plusieurs semaines est posée la question de l'avenir des dizaines de jihadistes français actuellement détenus dans des camps en Irak et en Syrie.

France: le plan de lutte contre la radicalisation dévoilé