Dimanche, 19 Août 2018
Dernières nouvelles
Principale » Un portrait un peu gauche de Jean-Luc Mélenchon — "L'Insoumis"

Un portrait un peu gauche de Jean-Luc Mélenchon — "L'Insoumis"

22 Février 2018

Selon Franceinfo, des structures dirigées par des proches de Jean-Luc Mélenchon sont soupçonnées d'avoir surfacturé leurs services pendant la dernière campagne présidentielle.

Le média indique en outre que la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques a " relevé quelques bizarreries, comme ces demandes de remboursement de billets de train au nom de la sœur de Sophia Chikirou (elle a travaillé comme juriste pendant la campagne).

Le rapporteur de la CNCCFP, chargé de l'examen des comptes de campagne de l'Insoumis a d'ailleurs démissionné, ayant jugé que les montages douteux portaient sur des montants plus élevés encore. L'association de financement de la campagne de Jean-Luc Mélenchon, seulement.

Une agence de communication, Mediascop est elle aussi au cœur de cette enquête.

Corruption : Le Sénégal reste dans la zone rouge
L'ONG Transparency International publie son rapport annuel sur la corruption dans le monde pour la vingt-cinquième année consécutive.

Pour rappel, Mélenchon sera remboursé de 6,3 millions d'euros sur 10,2 millions de dépenses estimées. Pendant trois mois, il filme, caméra à l'épaule, l'intérieur de la campagne présidentielle de Mélenchon, jusqu'à sa défaite, le 23 avril 2017.

Exemple d'une facture douteuse, cité par France info: "Bastien Lachaud [aujourd'hui député FI, ndlr] a été payé 29 000 euros brut pour son rôle de coordonnateur du pôle action de campagne et événements". Jean-Luc Mélenchon est son unique client, et elle a capté à elle seule 11 % des dépenses de campagne du candidat. L'association a facturé 45 000 euros de prestations " matérielles et intellectuelles " au candidat.

Enfin, nombre des collaborateurs de Jean-Luc Mélenchon étaient auto-entrepreneurs.

Jean-Luc Mélenchon ne s'est pourtant jamais privé de critiquer le statut d'auto-entrepreneur, une "arnaque" qu'il avait promis de supprimer en 2012.

Un portrait un peu gauche de Jean-Luc Mélenchon —