Lundi, 6 Juillet 2020
Dernières nouvelles
Principale » Le PDG Stéphane Richard proche d'un troisième bail — Orange

Le PDG Stéphane Richard proche d'un troisième bail — Orange

20 Février 2018

"Les administrateurs du groupe ont été convaincus par le bilan positif de Stéphane Richard depuis huit ans à la tête d'Orange où il a su renouer avec une dynamique sociale et économique malgré un contexte concurrentiel difficile en France et à l'international", précise un communiqué de l'opérateur télécoms.

Stéphane Richard avait promis en décembre aux investisseurs d'accélérer la croissance pour les trois ans à venir en poursuivant sa stratégie d'investissement dans les réseaux, une feuille de route qui avait été approuvée également par son conseil. Aujourd'hui, le Conseil d'administration d'Orange a voté en faveur du renouvellement du mandat de Stéphane Richard comme administrateur d'Orange. Une assemblée générale se tiendra le 4 mai prochain pour voter sa reconduction.

À 13h51, le titre Orange a gagné 0,26% à 13,58 euros, en ligne avec l'indice CAC 40 (0,16%).

La décision du conseil d'administration d'Orange est attendue ce mardi 20 février et elle devrait être sans surprise.

Début du dialogue politique — Togo
Le président ghanéen Nana Akufo-Addo, l'un des médiateurs de cette crise, devait accompagner l'ouverture des discussions hier. "C'est le dialogue de la dernière chance". ", a déclaré Joël Afandjigan, commerçant dans la capitale togolaise".

Interrogé le 22 janvier dernier sur Radio Classique, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire avait estimé que le PDG du groupe avait " fait du bon travail à la tête d'Orange, donc il a vocation à être reconduit ".

Une épée de Damoclès est cependant suspendue au-dessus de la tête de M. Richard, mis en examen en tant qu'ex-directeur de cabinet de la ministre de l'Economie Christine Lagarde, dans l'affaire de l'arbitrage Tapie et qui doit être jugé pour "complicité d'escroquerie" et "complicité de détournement de fonds publics". S'il est condamné, Bruno Le Maire s'est montré ferme: le PDG d'Orange devra quitter son poste.

Le patron d'Orange dispose en effet du soutien de l'État, premier actionnaire du groupe avec 23% du capital, dont 9,5% via Bpifrance, mais également des salariés, qui en sont le deuxième actionnaire avec un peu plus de 5,3%.

Il ne lui reste quune ultime étape à franchir afin de rempiler pour un troisième mandat de quatre ans à la tête de lopérateur historique. Se poserait enfin la question de la participation de l'État au capital d'Orange, alors que l'opérateur est cité régulièrement parmi les entreprises dont il serait susceptible de se désengager à court ou moyen terme.

Le PDG Stéphane Richard proche d'un troisième bail — Orange