Mercredi, 21 Novembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Santé. Nicolas Sarkozy s'engage contre le cancer de l'enfant

Santé. Nicolas Sarkozy s'engage contre le cancer de l'enfant

14 Février 2018

"Mon engagement n'est ni politique, ni partisan", lance au Parisien Nicolas Sarkozy, devenu parrain de la campagne "guérir le cancer de l'enfant au XXIè siècle". Une cause qui tient à cœur à l'ancien chef de l'Etat qui a connu le jeune Noé.

Cette campagne vise à récolter, d'ici à 2020, 10 millions d'euros qui seront versés à l'Institut Gustave-Roussy, à Villejuif (Val-de-Marne). "Une lettre bouleversante", raconte Nicolas Sarkozy. En 2012, il s'était servi de sa "capacité à ouvrir des portes pour lui obtenir un médicament innovant mais pas encore commercialisé".

"Je vais les aider dans ce combat, car si le mot injustice à un sens, le cancer des enfants est sa définition même".

Engagé en tant que citoyen et ancien chef de l'État, Nicolas Sarkozy l'est aussi évidemment en tant que père.

Incident à proximité du siège de la NSA, dans la Maryland
Au moins trois personnes auraient ensuite été blessées par balle lors d'une fusillade qui a éclaté lors de l'incident. L'autoroute qui se trouve à proximité a été fermée dans les deux sens, a annoncé Fort Meade.

2 500 enfants. C'est le nombre d'enfants touchés par un cancer chaque année en France.

D'après le quotidien, elle est pilotée par Fréderic Lemos, "père d'un petit Noé emporté il y a trois ans par la maladie (.)", que Nicolas Sarkozy avait rencontré en 2014. "Noé n'est jamais sorti de mes pensées, confie-t-il. Ma femme, Carla, sera à mes côtés". Mais il reste aussi pour moi, grâce aux nouveaux protocoles qu'il a reçus, l'enfant qui, avec cette maladie, a eu l'espérance de vie la plus longue au monde.

Mobilisé, Nicolas Sarkozy affirme toutefois qu'il a "longtemps été réticent à [s'] engager publiquement, par crainte de mauvaises interprétations".

Interrogé sur la forme que prendra son engagement, Nicolas Sarkozy, qui a visiblement tourné la page de la politique, assure que son engagement pour la Fondation Gustave Roussy "sera total et sans limite ": "L'idée est de récolter de l'argent, c'est le nerf de la guerre pour faire avancer la recherche". Je m'impliquerai personnellement et inciterai mes amis, mes réseaux à faire de même. Et de promettre de ne pas être un "parrain passif": "Je m'intégrerai dans une équipe, je ferai ce qu'on me dira de faire, j'irai là où on aura besoin de moi pour mobiliser les énergies".

Santé. Nicolas Sarkozy s'engage contre le cancer de l'enfant