Samedi, 17 Novembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Pétrole : l'abondance de brut américain rééquilibre le marché

Pétrole : l'abondance de brut américain rééquilibre le marché

14 Février 2018

Les velléités de rebond ont été limitées par le dernier rapport mensuel de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) dans lequel elle estime que la croissance de la production mondiale de pétrole, tirée par les Etats-Unis, devrait être supérieure à celle de la demande cette année.

"Récemment, le développement sain et constant de l'activité économique dans de grands centres de demande mondiale de pétrole a été le principal moteur de la solide croissance de la demande de pétrole", écrit l'Opep.

Ainsi demain les matières premières cotées en dollars comme le pétrole pourraient évoluer en fonction du cours du dollar Américain et ce dernier pourrait être fortement influencé par la publication de l'inflation dans la journée. Le Brent se traitait au-dessus de 63,50 dollars le baril vers 13h10 GMT.

La demande de pétrole a augmenté au rythme de 1,6 million de bpd en 2017, a précisé l'AIE.

"L'Organisation des pays exportateurs de pétrole a souligné hier que la hausse de la production aux États-Unis demeure préoccupante alors que l'organisation et ses partenaires, dont la Russie, ont scellé fin 2016 un accord de réduction de leur production visant à rééquilibrer l'offre et la demande mondiale et à faire remonter les prix".

Ces joueurs d’origine africaine évoluant pour des nations européennes
C’est également le cas de l’attaquant de Liverpool Christian Benteke. C’est ce que vous découvrirez dans cet article.

"Le marché ne retrouvera sans doute l'équilibre que vers la fin de l'année", ajoute-t-elle.

"Toute décision sur un abandon progressif de l'accord ne sera prise que lorsque le niveau des stocks mondiaux aura été ramené à sa moyenne sur cinq ans, a-t-il poursuivi". Ce pacte a été prolongé jusque fin 2018.

Sur l'ensemble de 2017, les stocks ont diminué de 154 millions de barils, soit un rythme de 420.000 bpj. Il en ressort notamment, et un peu comme l'autre rapport qu " en 2018, la hausse rapide de la production des pays non membres de l'Opep, emmenés par les Etats-Unis, va probablement augmenter plus vite que la demande', peut-on lire dans le rapport.

La baisse de la production s'explique par la chute des extractions vénézuéliennes (-47 300 b/j) provoquée par la crise économique et politique qui secoue le pays, et dans une moindre mesure par une production moins élevée en Angola. L'OPEP a par ailleurs légèrement relevé sa prévision de croissance mondiale à 3,8% en 2018 (+0,1 point), entraînant une révision à la hausse de la demande de pétrole, estimée à 98,60 mbj, soit une croissance de 1,59 mbj sur l'année.

Pétrole : l'abondance de brut américain rééquilibre le marché