Lundi, 21 Septembre 2020
Dernières nouvelles
Principale » Enquête ouverte sur des injures visant Mme Erignac

Enquête ouverte sur des injures visant Mme Erignac

12 Février 2018

Un post publié sur le compte Facebook au nom de Di L'altu Pianu, et publié par un certain Charles Pieri, indépendantiste revendiqué, s'en prenait vivement à Dominique Erignac, la veuve du préfet Claude Erignac, tué dans le dos par un commando mené par Yvan Colonna.

Son ombre plane sur les négociations en cours entre nationalistes corses et l'État.

Charles Pieri, figure de la violence clandestine, a ressurgi dans l'actualité insulaire en participant à la réunion de préparation de la grande manifestation à l'appel des nationalistes organisée la 3 février.

Une enquête a été ouverte par le parquet d'Ajaccio concernant une publication Facebook calomniant Dominique Erignac, veuve du préfet assassiné il y a tout juste 20 ans en Corse. Il tend à comparer Mme Erignac aux femmes françaises ayant collaboré avec les allemands pendant la seconde guerre mondiale.

Les annonces de Macron en Corse plébiscitées par une majorité de Français
Cette concession ouvre la voie à un mois de travail avec les élus de l'Assemblée corse. Des concessions attendues il n'a point été question.

Ce dimanche, le procureur de la République à Ajaccio a annoncé l'ouverture d'une enquête destinée à authentifier l'auteur de ce message.

Or, ce compte Facebook n'est autre que celui sur lequel a l'habitude de communiquer Charles Pieri, dont le visage apparaît dans l'avatar. " Plusieurs sources nous indiquent que Charles Pieri pourrait être le titulaire du compte, indique le procureur. Eric Bouillard, le procureur de la République d'Ajaccio, précise avoir effectué un signalement d'abus pour "offense" auprès du réseau social. Un signalement auquel le réseau social a fait droit puisque le message a été retiré samedi.

"Le contenu de ce texte est inacceptable et contraire à ce que je suis et ce que je pense, au plan philosophique, éthique et politique", avait réagi dans l'après-midi Gilles Simeoni, président du conseil exécutif corse.

Enfin, ce texte est totalement incompatible avec notre démarche ainsi qu'avec la vision politique et stratégique que les Corses nous ont donné mandat de mettre en oeuvre, à travers leur vote massif de décembre dernier.

Enquête ouverte sur des injures visant Mme Erignac