Dimanche, 21 Octobre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Yann Moix s'en prend à Emmanuel Macron — Migrants

Yann Moix s'en prend à Emmanuel Macron — Migrants

22 Janvier 2018

Le réalisateur va plus loin: "Vous avez instauré à Calais, monsieur le Président, un protocole de la bavure". "Aucun manquement à la déontologie ne sera toléré", a-t-il promis et "si manquement il y a, des sanctions seront prises".

"J'affirme, M. le Président, que vous laissez perpétrer à Calais des actes criminels envers les exilés". A l'intérieur, il interpelle Emmanuel Macron sur le traitement infligé aux migrants à Calais.

"J'affirme, Monsieur le Président, que des fonctionnaires de la République française frappent, gazent, briment, humilient des adolescents, des jeunes femmes et des jeunes hommes dans la détresse et le dénuement", écrit Yann Moix dans sa lettre. "Ces actes de barbarie, soit vous les connaissiez et vous êtes indigne de votre fonction; soit vous les ignoriez et vous êtes indigne de votre fonction", juge Yann Moix.

Des "actes de barbarie" que l'écrivain impute à Emmanuel Macron: "Soit les forces de l'ordre obéissent à des ordres précis, et vous êtes impardonnable; soit les forces de l'ordre obéissent à des ordres imprécis, et vous êtes incompétent. Ou bien les directives sont données par vous, et vous nous trahissez; ou bien les directives sont données par d'autres, et l'on vous trahit", poursuit le prix Renaudot 2013.

Sans Gourvennec, Bordeaux se rassure à Nantes
La semaine s'est terminée bien mieux qu'elle avait commencée pour les Girondins de Bordeaux . L'Uruguayen "a l'avantage de parler français", a révélé Martin sur Canal +.

Reste que, pour l'écrivain, "quand un policier, individuellement, dépasse les bornes, on appelle cela une bavure" alors que, "quand des brigades entières, groupées, dépassent les bornes, on appelle cela un protocole". De même, des interviews de migrants, d'habitants voire de CRS accréditent l'usage de gaz à Calais. "Vous avez instauré à Calais, monsieur le Président, un protocole de la bavure". Ces preuves, si vous les demandez, les voici; si vous faites semblant de les demander, les voici quand même. Et d'en appeler à la prise de conscience des Français, qui constateront tôt ou tard "ce que vous commettez en leur nom ".

En conclusion, la plume de Yann Moix se fait aussi enflammée que grandiloquente: "Vous pouvez porter plainte contre moi pour diffamation; la postérité portera plainte contre vous pour infamie". "Les mesures antimigratoires sont toujours populaires".

La préfecture du Pas-de-Calais, mise en cause par le témoignage à charge de Moix, a défendu les agissements des policiers qui interviennent à Calais dans une série de tweets. "Il est utilisé pour mettre fin aux tentatives d'intrusion sur la rocade, sur les sites du port et du tunnel sous la Manche et pour stopper les débordements et les rixes entre migrants" a tout d'abord affirmé la préfecture sur Twitter avant d'assurer que si des "faits de violences policières sont avérés, ils seront condamnés et leurs auteurs sanctionnés". Il avait assuré détenir des images qui appuyaient ses propos.

Moix dénonce également la visite d'Emmanuel Macron à Calais, qu'il qualifie de "Calais imaginaire et vide ", qui aurait évité une réalité faite de " [s]accages d'abris, confiscations d'effets personnels, pulvérisation de sacs de couchages, entraves à l'aide humanitaire ".

Yann Moix s'en prend à Emmanuel Macron — Migrants