Dimanche, 21 Octobre 2018
Dernières nouvelles
Principale » À 24 ans, on est encore un ado selon une étude britannique

À 24 ans, on est encore un ado selon une étude britannique

22 Janvier 2018

Auparavant, on pensait que l'adolescence se finissait à 19 ans.

Dans cette étude coordonnée par Susan Sawyer, du centre pour la santé des adolescents du Royal Children's Hospital de Melbourne (Australie), ces chercheurs expliquent que la puberté intervient désormais plus tôt, à l'âge de 10 ans et non à partir de 14 ans.

La puberté commence officiellement lorsque l'hypothalamus libère une hormone qui active deux glandes endocrines, et qui libèrent eux-mêmes les hormones responsables du processus physique de l'adolescence.

L'âge moyen des premières règles a ainsi reculé de quatre ans en 150 ans, pour atteindre 12 ou 13 ans.

Syrie : un jihadiste français face à son geôlier
Donc je finis les interrogatoires et je rentre chez moi", lance-t-il, sûr de lui. De son côté, l'individu affiche sa volonté de rentrer en Europe.

Par ailleurs, la période de l'adolescence durerait également plus longtemps.

Selon le journal Lancet Child & Adolescent Health, l'adolescence aujourd'hui commence à 10 ans et se finit vers 24 ans. L'étude explique que le cerveau continue d'évoluer au-delà de l'âge de 20 ans.

Ce changement social, ajoutent-ils, doit éclairer les politiques, en élargissant par exemple les services de soutien aux jeunes jusqu'à l'âge de 25 ans. Ils évoquent une entrée "retardée" dans l'âge adulte, avec une sortie de l'enseignement supérieur plus tardive, et des mariages et naissances repoussées en conséquence. Pour elle, le fait que les jeunes se marient plus tard, et par conséquent deviennent parents plus tard, quittent leur domicile familial plus tard et soient indépendants économiquement à un âge plus avancé, signifient que la "semi-dépendance" qui caractérise l'adolescence est étendue. Il y a un siècle et demi, les femmes avaient leurs menstruations quatre ans plus tard en moyenne qu'aujourd'hui. "Notre définition d'adolescence est trop restreinte".

Des affirmations tempérées par Jan Macvarish, sociologue en éducation à l'université de Kent. Pour lui, avancer de tels propos comporte des risques d'infantilisation des jeunes: "Les enfants plus âgés et les jeunes sont façonnés de manière beaucoup plus significative par les attentes de la société à leur égard que par leur croissance biologique intrinsèque".

À 24 ans, on est encore un ado selon une étude britannique