Lundi, 20 Août 2018
Dernières nouvelles
Principale » Un test expérimental permettrait de détecter le cancer de façon précoce

Un test expérimental permettrait de détecter le cancer de façon précoce

19 Janvier 2018

Les mutations génétiques provoquent la croissance de cellules cancéreuses, dont l'ADN se retrouve dans le sang. La méthode a été mise au point par une équipe de chercheurs de Baltimore aux États-Unis. Un test sanguin expérimental a permis de détecter, de façon précoce, les huit cancers les plus fréquents dans 70 % des cas, explique une étude publiée dans la revue "Science ". Rapidement, ils ont réduit leur exploration à des parties de 16 gènes qui mutent le plus souvent dans différents types de tumeur et 8 biomarqueurs de protéines caractéristiques de ces cancers.

Dans les échantillons de sang des 1.005 patients de l'étude atteints d'un des huit types de cancer les plus communs et n'ayant pas encore fait de métastases, le taux de détection a varié de 33% à 98% selon les tumeurs, précisent les auteurs.

Premier obstacle franchi pour Trump — Budget
La majorité républicaine souhaite voir adopter un budget 2018 qui dope les dépenses militaires, une promesse de campagne de M. Donald Trump avait exhorté jeudi la Chambre à voter "le projet de loi de financement du gouvernement ce soir".

La sensibilité a été de 69 % et plus pour les cancers de l'ovaire, du foie, de l'estomac, du pancréas et de l'oesophage, qui sont tous difficiles à détecter précocement, indiquent encore les chercheurs.

Même si CancerSEEK n'est pas encore totalement fiable, un brevet a été déposé pour ce nouveau test sanguin, et les chercheurs assurent que son prix ne dépassera pas 500 dollars, le même coût que pour des examens de dépistage qui existent déjà. "Ce montant est excellent" car il est comparable à ceux d'autres tests actuels de détection du cancer comme la coloscopie, juge Anirban Maitra, un cancérologue du Centre du cancer Anderson à Houston au Texas. Ainsi, des personnes sans cancer mais souffrant d'arthrite pourraient être testées faussement positives. Pour le Dr Papadopoulos, cela ne devrait pas être un problème puisque chaque cas est évalué par une équipe médicale. Une nouvelle étude est actuellement en cours de réalisation, cette dernière durerait 5 ans et se porterait sur des femmes n'ayant jamais eu de cancer, entre 65 à 75 ans.

Un test expérimental permettrait de détecter le cancer de façon précoce