Samedi, 20 Octobre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Plusieurs victimes parmi la police — Manifestations en Iran

Plusieurs victimes parmi la police — Manifestations en Iran

13 Janvier 2018

La police a dispersé samedi à Téhéran des jeunes qui protestaient contre le pouvoir, malgré la mise en garde du gouvernement contre les "rassemblements illégaux", au troisième jour du mouvement. Mais deux ans plus tard, il n'en est toujours rien.

En fin d'après-midi, des centaines de personnes ont manifesté ailleurs dans le quartier de l'université, scandant des slogans hostiles au pouvoir.

D'autres médias ont fait état de destructions dans la capitale, dénonçant les "fauteurs de trouble".

Le président iranien Hassan Rohani s'est quant à lui adressé à son gouvernement le 31 décembre, dans un discours cité par le média iranien Press TV. Elles présentent ces protestations comme ayant eu lieu notamment dans les villes de Khorramabad, Zanjan ou Ahvaz, dans l'ouest de l'Iran. Selon la télévision d'Etat, six personnes sont mortes après avoir été la cible de "tirs suspects" dans les violences qui ont touché Toyserkan (ouest).

Ces informations étaient invérifiables dans l'immédiat. Sur Twitter, le ministre des télécommunications, Mohammad-Javad Jahormi, a accusé Telegram, très suivi en Iran, d'encourager le " soulèvement armé ". "Nous agirons contre ceux qui provoquent la terreur", a averti le ministre de l'Intérieur Abdolreza Rahmani Fazli, en faisant la distinction entre "ceux qui ont des revendications légitimes" et "les contre-révolutionnaires".

Les progouvernementaux ont aussi organisé des contre-manifestations. La police est aussi intervenue dans plusieurs villes, parfois avec des canons à eau. "Bien que les gens aient le droit de protester, les protestataires doivent savoir comment ils sont dirigés", a-t-elle écrit.

Affaire Lionnet : le couple inculpé fait des premiers aveux
Sa cousine, Mélanie Lionnet, avait alors déclaré que la jeune fille était "fatiguée", et qu'elle voulait "rentrer en France". Ouissem Medoun a lui marqué une pause avant de plaider coupable d'entrave à la justice.

" Il y a beaucoup d'informations concernant des manifestations pacifiques de citoyens iraniens qui en ont assez de la corruption du régime et son gaspillage de ses richesses pour financer le terrorisme à l'étranger", a asséné vendredi soir la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders.

Les manifestations ont commencé jeudi à Mashhad, deuxième ville d'Iran, pour s'étendre à l'ensemble du pays et se transformer en un mouvement de protestation politique.

Un mouvement important, mais bien loin des manifestations de 2009 contre la réélection contestée du président Mahmoud Ahmadinejad, soupçonné de fraude électorale.

Mais le régime continue d'avoir un large soutien parmi la population, avec la mobilisation de dizaines de milliers de personnes samedi pour marquer l'anniversaire du rassemblement qui a mis fin à la contestation de 2009. Samedi, deux manifestants avaient été tués.

D'après les médias iraniens, environ 400 personnes ont été arrêtées depuis le début du mouvement, une centaine aurait été relâchée.

Dans une vidéo postée sur son compte Facebook officiel, B.Netanyahou a félicité le peuple iranien pour être descendu dans les rues afin de manifester contre le régime. "Il est temps que ça change". Le ministère turc des Affaires étrangères a déclaré dans un communiqué que " le bon sens doit prévaloir pour empêcher toute escalade".

Plusieurs victimes parmi la police — Manifestations en Iran