Vendredi, 19 Janvier 2018
Dernières nouvelles
Principale » Les Palestiniens rejettent le chantage de Trump de leur couper l'aide financière

Les Palestiniens rejettent le chantage de Trump de leur couper l'aide financière

12 Janvier 2018

Sur son compte Twitter, Donald Trump a publié un message affirmant sa volonté de couper les aides financières aux Palestiniens, en raison de leur refus de négocier un traité de paix avec Israël. "Nous payons aux Palestiniens des CENTAINES DE MILLIONS DE DOLLARS sans la moindre reconnaissance ni le moindre respect", a pour sa part fulminé mercredi Donald Trump.

Ajoutant que "puisque les Palestiniens n'étaient plus disposés à parler de paix, pourquoi les Etats-Unis devraient-ils leur verser des paiements massifs à l'avenir?"

Hanane Ashrawi, membre du comité exécutif de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), a réagi en proclamant que les Palestiniens ne céderont pas au "chantage " exercé par les États-Unis. Nabil Abou Roudeina, le porte-parole de la présidence palestinienne a affirmé que Jérusalem était la capitale éternelle de l'Etat de Palestine et n'était pas à vendre.

Hyrule Warriors revient sur Nintendo Switch avec une Definitive Edition
Il sera possible de jouer en solo mais aussi à deux en local, chacun pouvant contrôler les personnages avec un Joy-Con en main. Nintendo semble donc s'être auto-investi d'une mission de portage sur Switch de l'ensemble des jeux qu'il a édités sur Wii U .

Les Etats-Unis ont versé, en 2016, 319 millions de dollars (264 millions d'euros) d'aide aux Palestiniens via leur agence de développement (USAID), selon des chiffres disponibles sur le site de l'agence. Les Palestiniens dénoncent un "chantage ". Son message semble néanmoins lié au projet dévoilé plus tôt dans la même journée par l'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley. Jared Kushner, gendre et conseiller du président, est également chargé de travailler sur un plan de paix.

Mais cette nouvelle mesure de sanctions à l'encontre des Palestiniens - quelques semaines après la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël - promet de rendre encore plus hasardeuse toute reprise du processus de paix. " Une déclaration de guerre ", a réagile président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

La décision américaine sur Jérusalem, le 6 décembre, avait provoqué la colère des Palestiniens et une vague de critiques dans le monde. Deux dignitaires religieux égyptiens, un chrétien et un musulman, avaient de leur côté annoncé qu'ils refuseraient de recevoir le vice-président américain lors de la visite de ce dernier au Proche-Orient. Cette annexion n'a jamais été reconnue par la communauté internationale. Les Palestiniens, eux, veulent faire de Jérusalem-Est la capitale de l'Etat auquel ils aspirent.

Les Palestiniens rejettent le chantage de Trump de leur couper l'aide financière