Vendredi, 21 Septembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Harcèlement : Marlène Schiappa interpellée par une actrice

Harcèlement : Marlène Schiappa interpellée par une actrice

12 Janvier 2018

L'ancienne ministre et candidate à la présidence de la République a condamné hier sur l'antenne de RTL la tribune sur la "liberté d'importuner, indispensable à la liberté sexuelle" publiée dans Le Monde, le mardi 9 janvier.

A l'étranger aussi, cette prise de position a été abondamment commentée et dénoncée. Dans celle-ci, le collectif défend une "liberté d'importuner" et minimise le phénomène des "frotteurs", laissant sous-entendre que les victimes doivent avoir de la compassion pour leurs agresseurs.

Il y a eu les révélations fracassantes sur le producteur américain Harvey Weinstein, la libération de la parole des femmes à l'échelle mondiale, le mouvement "Time's Up" lancé par plus de 300 actrices hollywoodiennes en soutien aux victimes de harcèlement et d'agressions sexuels et la cérémonie engagée des Golden Globes avec son dresscode "toutes et tous en noir".

Les signataires considèrent que la multiplication des témoignages sur les réseaux sociaux sous le "hashtag" #MeToo et #Balancetonporc sont des "campagnes de délation".

Une libération de la parole qui n'est pas partagée par tout le monde. Pire, on ferait erreur en qualifiant d'acte de violence, d'agression ou de harcèlement des gestes qui ne seraient en fait que de la drague maladroite, ou l'expression d'une "misère sexuelle". Elles estiment que le texte signé par Deneuve " c'est un peu le collègue gênant ou l'oncle fatigant qui ne comprend pas ce qui est en train de se passer" et "qu'accepter des insultes envers les femmes, c'est de fait autoriser les violences ". "Dire comme c'est écrit dans cette tribune que des hommes ont été renvoyés pour avoir touché le genou d'une femme, c'est faux, où alors s'il y en a un, qu'on me le présente".

Du networking façon Tinder pour concurrencer Linkedin — Ripple
Cette réorientation s'est donc faite sous forme d'une start-up indépendante sur laquelle Tinder mise beaucoup. Les créateurs veulent également se démarquer de LinkedIn avec un produit conçu exclusivement pour le mobile.

La réponse des femmes fustigeant cette "liberté d'importuner", militantes féministes ou non, ne s'est pas fait attendre.

"Dès que l'égalité avance, même d'un demi-millimètre, de bonnes âmes nous alertent immédiatement sur le fait qu'on risquerait de tomber dans l'excès".

"Dommage que notre grande Catherine Deneuve se joigne à ce texte consternant", a tweeté l'ex-ministre Ségolène Royal.

Des femmes, parmi lesquelles l'actrice Catherine Deneuve, regrettent que l'affaire Weinstein se traduise par une "vague purificatoire" qui réduirait les femmes au "rôle de la proie", à "un statut victimaire". Dans le Guardian, Van Badham, dramaturge, écrivaine et éditorialiste pour le journal britannique, a répondu à Catherine Deneuve au sujet de cette "chasse aux sorcières" fantasmée par ces intellectuelles françaises d'une génération pour qui il serait peut-être temps de se tourner vers un féminisme plus inclusif. voire de réviser ses classiques?

Harcèlement : Marlène Schiappa interpellée par une actrice