Mardi, 20 Novembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Catherine Millet défend les frotteurs dans le métro — Quotidien

Catherine Millet défend les frotteurs dans le métro — Quotidien

12 Janvier 2018

Vous aurez saisi la référence à Pierre Desproges, celui qui ne pourrait " plus rien dire aujourd'hui " selon les cosignataires d'une tribune dans Le Monde. Pour elle ces agissement, punis par la loi, ne méritent pas qu'une femme se sente traumatisée ou blessée. Cette tribune a été écrite par Catherine Millet en réaction au mouvement de libération de la parole des femmes agressés ou harcelées sexuellement notamment dans le métro. Questionnée sur les frotteurs du métro, l'écrivaine a indiqué qu'elle avait de "la compassion" pour eux. "Quelqu'un qui en est réduit à ça pour trouver une satisfaction sexuelle doit être dans une certaine misère sexuelle", a-t-elle ensuite poursuivit.

Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat française en charge de l'égalité, a vu rouge et l'a fait savoir sur Twitter.

Au cours de son intervention, elle a également été interrogée sur les "frotteurs" du métro, ces hommes qui profitent de la promiscuité pour se masturber et se frotter à des jeunes femmes dans les transports en commun, un fait régulièrement dénoncé sur les hashtags #MeToo et #BalanceTonPorc par exemple.

Super Mario Odyssey : les détails de la mise à jour de février
Elle ajoutera notamment un nouveau mode appelé " Chasse aux ballons ", auquel les joueurs auront accès après avoir terminé l'histoire principale.

Et de conclure son message par un lapidaire: "Le corps des femmes n'est pas un bien public ou un réceptacle à misère sexuelle".

Catherine Millet a cependant été loin de revenir sur ses propos ce vendredi 12 alors qu'elle était invitée dans la matinale de France Inter. "Ce qui m'a fait réagir sur cette histoire de consentement c'est ce projet de loi qui a été adopté en Suède et qui voudrait si, en effet la loi passe, qu'avant tout rapport sexuel il y ait un consentement explicite des deux parties. Ce n'est pas non plus dans notre projet de loi" a explique la ministre. Elle a aussi pesté contre un projet de loi suédois autour du consentement sexuel. "Et si je peux me permettre, je voudrais rappeler que dans les relations sexuelles ou amoureuses, il y a parfois une zone de flou où on hésite d'un côté comme de l'autre".

Catherine Millet défend les frotteurs dans le métro — Quotidien