Dimanche, 21 Janvier 2018
Dernières nouvelles
Principale » ZaPolitique - La rupture conventionnelle collective : premiers émois

ZaPolitique - La rupture conventionnelle collective : premiers émois

09 Janvier 2018

L'entreprise Pimkie est la première à mettre en place une rupture conventionnelle collective, une nouvelle mesure issue des ordonnances pour la réforme du code du travail, ce lundi 8. Les syndicats ont fait savoir, mardi 9 janvier, que le constructeur automobile souhaite recourir en 2018 à 1 300 RCC et 900 dispenses d'activité pour des seniors, tout en embauchant 1 300 CDI et 2 000 jeunes en alternance. C'est un dispositif qui permet à un salarié et son employeur de négocier la rupture de contrat de travail qui les lie, sans passer par la démission ou le licenciement.

"Le solde est donc équilibré entre les recrutements et les mobilités externes volontaires et les engagements de reconversions internes, de mobilités internes et de mobilités externes sécurisées sont maintenus avec les mêmes dispositifs d'accompagnement", fait valoir Groupe PSA dans un communiqué.

Ce qui vous attend en janvier sur Assassin's Creed Origins
En effet, Ubisoft a mis en ligne le planning complet de ce qui nous attend pour le tout le mois de janvier en terme de contenu. Les Romains seront donc de la partie et ajouté à cela, une nouvelle région va ouvrir ses frontières.

Ce projet de réduction de l'emploi pourrait concerner 200 personnes sur les 1.900 qu'emploie Pimkie en France selon les syndicats. La rupture conventionnelle collective prévoit aussi des mesures visant à faciliter le reclassement externe des salariés partants, par la formation par exemple. Mais en quoi la RCC est-elle différente d'un plan social? Elle s'est, en outre, inquiétée d'une augmentation de la prime de départ pour les salariés de région parisienne, redoutant une " fermeture à terme " du site de Saint-Ouen. Pour cela, l'entreprise doit avoir l'accord des syndicats. Dans le cas de Pimkie, la signature de la rupture conventionnelle collective est prévue le 5 février mais la CGT et FO ont déjà indiqué qu'ils ne la signeront pas.

ZaPolitique - La rupture conventionnelle collective : premiers émois