Dimanche, 21 Janvier 2018
Dernières nouvelles
Principale » De trois à onze vaccins obligatoires au 1er janvier

De trois à onze vaccins obligatoires au 1er janvier

05 Janvier 2018

Quatre jours après l'entrée en vigueur de l'obligation des onze vaccins par enfants, la ministre de la Santé fait encore face à des militants anti-vaccination.

11 vaccins au lieu de 3.

Avant 2018, quand un bébé recevait un des trois vaccins obligatoires, l'aiguille contenait aussi des vaccins qui n'étaient pourtant pas obligatoires.

Depuis lundi 1er janvier onze vaccins sont désormais obligatoires pour les enfants, contre trois jusque-là. La ministre de la Santé a dit qu'elle ne voulait pas condamner les parents qui ne veulent pas vacciner leurs enfants. Or, dans les faits, elle ne changera pas grand chose assure le corps médical. Or, selon le ministère de la Santé, 70% des enfants les reçoivent déjà.

Levée de l'interdiction de voyage visant les Tunisiennes — Emirats Arabes Unis
Le ministère tunisien des transports a annoncé la reprise des vols de la compagnie aérienne Emirates de et vers la Tunisie. Une décision qui intervient après des échanges sécuritaires intensifs entre les deux pays, souligne-t-il.

Après plusieurs mois de débats, la baisse de la couverture vaccinale et la réapparition de certaines maladies ont poussé les autorités à passer à l'action. "Il y a eu vingt décès de la rougeole depuis 2008. C'est important d'augmenter la couverture vaccinale pour que ces drames, si facilement évitables, ne surviennent plus en France", avait confié Daniel Lévy-Bruhl, de l'agence Santé Publique France.

Mais encore faudrait-il que les Français fassent pleinement confiance aux vaccins, ce qui est loin d'être le cas, puisque selon le Vaccine Confidence Project ("Projet confiance dans les vaccins"), 41% des Français interrogés estiment que les vaccins ne sont pas sûrs, un record mondial.

Quand faire vacciner ses enfants?

. Pour être admis à la crèche ou à l'école, ces onze vaccins sont maintenant indispensables à l'enfant.

Les parents les plus récalcitrants ne seront pas sanctionnés pour défaut de vaccination, disposition qui a été abrogée. Dans ce cadre, les sanctions peuvent aller jusqu'à deux ans de prison et 30 000 euros d'amende. Lucie Guimier, auteure d'une thèse à ce sujet, explique à la radio: "D'une part vous avez les certificats de contre-indication faits par les médecins qui vont par exemple inscrire sur le carnet de santé que l'enfant est allergique et qu'il ne peut pas recevoir de vaccins alors que ce n'est pas vrai". Or, si cette pratique existe, il faut savoir qu'elle est lourde de conséquences pour le praticien: il s'expose à des sanctions pénales pour faux et usage de faux, ainsi qu'à une radiation pure et simple de l'ordre des médecins.

De trois à onze vaccins obligatoires au 1er janvier