Vendredi, 3 Avril 2020
Dernières nouvelles
Principale » Pour la nouvelle année, Kim Jong-un veut davantage d'ogives nucléaires

Pour la nouvelle année, Kim Jong-un veut davantage d'ogives nucléaires

02 Janvier 2018

L'année 2018 commence en fanfare pour la Corée du Nord: "Le bouton nucléaire est sur mon bureau", vient de déclarer le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, dans son traditionnel discours du Nouvel an.

"Pourquoi Kim Jong-Un m'insulterait-il en me traitant de "vieux", alors que je ne le traiterai JAMAIS de "petit gros"?", avait même asséné le président américain sur Twitter.

Dans un message du Nouvel An, témoignant de sa détermination à réaliser ses ambitions militaires, il a déclaré que la Corée du Nord devait se tenir prête à mener des contre-attaques nucléaires " immédiates " contre des projets ennemis. "Les Etats-Unis doivent prendre conscience que ce n'est pas du chantage mais la réalité", a-t-il averti.

Les nouvelles déclarations du numéro un Nord-Coréen surviennent à un moment ou un ancien haut responsable militaire Américain prévenait que les Etats-Unis n'avaient " jamais été aussi proches " d'une guerre nucléaire avec le Nord.

La présidence Trump "est incroyablement déstabilisante", a déclaré l'ex-chef d'état-major américain Mike Mullen sur la chaîne ABC.

Des mesures de sécurité renforcées pour le nouvel an — Paris
Parents, enfants , et amis sont attendus sur la plus belle avenue du monde dès 23 heures pour un "pré show" encore tenu secret. Et les personnes présentes ont eu droit à un spectacle son et lumière haut en couleurs.

"Nous n'avons, à mon avis, jamais été aussi proches d'une guerre nucléaire avec la Corée du Nord et dans la région", a dit celui qui fut le chef d'état-major du républicain George W. Bush et du démocrate Barack Obama. "Et je ne vois pas comment on pourrait résoudre tout ceci par la voie diplomatique à ce stade".

Pyongyang justifie ses programmes militaires par la nécessité de se défendre face aux Etats-Unis.

Dans sa dernière résolution, le Conseil de sécurité de l'ONU a encore durci sa position la semaine dernière en ciblant le pétrole et les travailleurs nord-coréens à l'étranger. Un discours scruté à la loupe par les analystes, après une année 2017 marquée par une hausse des tensions autour des rapides progrès nucléaires du régime, et par des invectives et des menaces de guerre entre Pyongyang et Washington.

La Corée du Nord justifie la poursuite de ces programmes militaires pourtant interdits par l'Onu par la menace que laisse peser selon elle planer les États-Unis sur son existence.

Pour la nouvelle année, Kim Jong-un veut davantage d'ogives nucléaires