Lundi, 27 Janvier 2020
Dernières nouvelles
Principale » Le maréchal Haftar défie l'ONU et dénonce l'accord de Skhirat — Libye

Le maréchal Haftar défie l'ONU et dénonce l'accord de Skhirat — Libye

19 Décembre 2017

Si M.al-Serraj tient à rester optimiste quant à l'avancée du processus politique en Libye, ce ne semble pas être le cas de son adversaire, le controversé maréchal Khalifa Haftar qui, dans un discours à la télévision, a réaffirmé, hier matin, ne pas reconnaître l'Accord de Skhirat (Maroc), alors que l'ONU, les pays voisins et les autres pays impliqués dans ce processus estiment que ce texte demeure le seul cadre valable pour sortir la Libye de l'impasse politique et du chaos sécuritaire dans lesquels elle est plongée depuis l'intervention de l'Otan dans ce pays et la chute de l'ancien régime de Mouammar Kadhafi fin 2011.

Le président Béji Caïd Essebsi s'est entretenu ce lundi 18 décembre à Carthage avec les ministres des Affaires étrangères algérien et égyptien, Abdelkader Mssahel et Samah Chokri, au lendemain de leur participation dimanche à la quatrième réunion tripartite (Tunisie, Algérie et Egypte), autour de l'initiative visant un règlement politique global en Libye. La fréquence et la régularité des réunions au niveau diplomatique le plus élevé de ce mécanisme spécial mis en place pour la question libyenne traduit l'engagement des trois pays à favoriser les solutions appropriées, relève les observateurs. Basé à Tripoli, son dirigeant Fayez al-Sarraj, n'a jamais pu obtenir la confiance du Parlement élu basé lui à l'Est et répondant à un gouvernement parallèle avec comme bras armé le maréchal Haftar. Ils ont, de surcroit, exprimé leur appui au plan de l'émissaire onusien en Libye, Ghassen Selama, soulignant le rôle central de l'Organisation des Nations-Unies, étant le parrain du dialogue politique en Libye, celui qui a la charge d'en suivre les exigences, indique en substance un communiqué de la présidence.

Le maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'est de la Libye, est entré dans une nouvelle épreuve de force avec l'ONU, après avoir annoncé dimanche que l'accord inter-libyen signé le 17 décembre 2015 sous l'égide des Nations unies avait expiré, ainsi que le gouvernement d'union (GNA) qui en est issu.

Le Pentagone admet avoir financé un programme de recherches sur...les ovnis
S'il est impossible d'affirmer qu'une vie extra-terrestre existe, tous les documents semblent donc aller dans le même sens. Mais si les robinets du financement ont bien été coupés à cette époque, le programme n'a pas disparu pour autant.

Signé il y a deux ans sous l'égide de l'ONU, l'accord interlibyen qui a expiré théoriquement le 17 décembre courant, prévoyait la formation d'un gouvernement d'union nationale pour un mandat d'un an renouvelable une seule fois. L'accord de Skhirat donnait deux ans au gouvernement d'union nationale pour mettre fin à la division politique. L'homme fort de l'Est, le maréchal Khalifa Haftar, vient de faire le constat d'expiration de l'accord politique de Skhirat.

S'adressant aux Libyens, Haftar a déclaré: "Le pays est à un carrefour historique". Hier, le nouveau représentant du Secrétaire général de l'ONU en Libye, Ghassan Salamé, a appelé les Libyens à poursuivre sur la voie du dialogue politique, seul à même de ramener la paix dans ce pays que les réseaux de trafics ont transformé en passoire pour les migrants clandestins en partance vers l'Europe. Une ville qu'il juge sous influence des Frères musulmans.

Le maréchal Haftar défie l'ONU et dénonce l'accord de Skhirat — Libye