Vendredi, 6 Décembre 2019
Dernières nouvelles
Principale » L'ANC cherche un successeur à Zuma — Afrique du Sud

L'ANC cherche un successeur à Zuma — Afrique du Sud

16 Décembre 2017

Premieres images Date d'ajout: 16/12/2017 Jacob Zuma, né le 12 avril 1942, est un homme d'État sud-africain, président de la République depuis le 9 mai 2009. Et le choix du prochain leader va être déterminant pour l'avenir du mouvement.

Le parti a perdu l'an dernier, lors des élections locales, le contrôle de municipalités telles que Johannesburg et Pretoria.

La prochaine élection présidentielle en Afrique du Sud se déroulera en 2019. Non pas parce que l'opposition est forte, mais parce que le parti est déchiré par les luttes internes...

Au total, 5 240 délégués de l'ANC vont donc devoir élire le leader d'un parti qui n'a jamais été autant divisé. "Son héritage est désastreux", a déclaré à l'AFP Tefu Velaphi, 38 ans, un militant de la province du Gauteng (Johannesburg et Pretoria).

Lors de sa campagne, il a dénoncé la corruption du clan Zuma.

Monthly Up Look: Twenty-First Century Fox, Inc. (FOX) stock moves 25.30%
Cwm Llc who had been investing in Lowes Cos Inc for a number of months, seems to be bullish on the $71.93B market cap company. The company reported $0.54 earnings per share for the quarter, topping the Zacks' consensus estimate of $0.48 by $0.06.

'Le niveau de chômage, particulièrement chez les jeunes, ne plaide pas en notre faveur', a-t-il concédé.

Sa principale concurrente, Nkosazana Dlamini Zuma, 68 ans, ancienne ministre et patronne de l'Union africaine (UA), insiste sur la "transformation radicale de l'économie" au profit de la majorité noire. Ses critiques la soupçonnent d'avoir promis l'immunité judiciaire à Jacob Zuma, le père de ses quatre enfants.

Son intervention a été diversement apprécié par les militants. "Il n'a pas caché les problèmes mais il n'a rien dit de la corruption dans le secteur public, il n'a évoqué que celle du secteur privé", a regretté Griffiths Mzizi.

Les quelque 5200 délégués réunis à Johannesburg devraient entamer les opérations de vote par la proclamation des candidats dès samedi après-midi, pour des résultats espérés dimanche. Depuis des jours, les rumeurs de fraude vont bon train.

Selon de nombreux experts, les positions très éloignées des deux camps laissent planer un risque réel d'éclatement du parti. Si Cyril Ramaphosa devient le nouveau dirigeant du parti et ses proches décrochent des postes-clés, "cela lui donnerait les voix nécessaires pour remplacer Zuma" avant la fin de son mandat présidentiel, avance Ben Payton, analyste chez Risk Consultants.

L'ANC cherche un successeur à Zuma — Afrique du Sud