Samedi, 23 Juin 2018
Dernières nouvelles
Principale » La liste noire des spécialités à éviter — Médicaments sans ordonnance

La liste noire des spécialités à éviter — Médicaments sans ordonnance

14 Novembre 2017

Ces produits sont aussi cités dans la "liste noire" établie par l'association 60 millions de consommateurs, dont le numéro spécial "Se soigner sans ordonnance" à paraître ce mardi 14 novembre pointe les dangers encourus à l'usage de la majorité des médicaments en vente libre.

Sujets d'actu Date d'ajout: 14/11/2017 Description: Le magazine a évalué le rapport bénéfice/risque d'une soixante de médicaments grands publics.

Cette étude a été menée sous la direction du professeur Jean-Paul Giroud, membre de l'Académie de médecine, et de la pharmacienne Hélène Berthelot. Cela signifie que leur efficacité est faible ou non prouvée, sans entraîner pour autant d'effets indésirables. Pire encore, près d'un médicament sur deux (28 sur 62) est " à proscrire", car le "rapport bénéfice/risque" est défavorable. Dans cette liste de médicaments à éviter, on retrouve des " stars anti-rhume" comme l'Actifed Rhume, le DoliRhume ou le Nurofen Rhume.

Andersson ne veut pas entendre parler de Zlatan — Suède
C'est en tout cas le souhait de son agent Mino Raiola ( voir la brève de 09h12 ). On a des joueurs qui jouent partout en Europe et qui sont d'un bon niveau.

"Selon un hors-série de 60 millions de consommateurs, sur les 62 spécialités les plus vendues en automédication, près de la moitié (45%) est considérée comme dangereuse". Il s'agit là de traitements tout-en-un qui combinent un vasoconstricteur pour le nez bouché, un antihistaminique pour le nez qui coule et du paracétamol par exemple. Or, ces cocktails présentent des risques de surdosage et donc d'effets indésirables très graves tels que des vertiges, voire un accident cardiovasculaire ou neurologique. Seul un des médicaments analysés est "à privilégier", pour 60 % de "à proscrire". "C'est l'hécatombe par rapport à l'étude que nous avions réalisée en 2015, où il y avait 35% de médicaments à privilégier et seulement 50% à proscrire ", écrit la revue. "Ils devraient être retirés du marché ", insiste-t-il.

Une dégradation que la rédactrice en chef déléguée du magazine Adeline Trégouët a expliqué à l'AFP par le fait que "depuis juillet, les sirops ou comprimés à base de dextrométhorphane (ndlr: dérivé opioïde), une substance efficace sur certaines toux sèches et fatigantes, ne sont plus accessibles sans ordonnance". Ces produits disponibles sans ordonnance contre la toux, le rhume ou le mal de gorge font grincer des dents le magazine 60 millions de consommateurs. Le Pr Giroud, quant à lui, a souligné que "si le risque zéro n'existe pas, malheureusement l'efficacité zéro, elle, est indiscutable pour plus de 55% des médicaments d'automédication".

La liste noire des spécialités à éviter — Médicaments sans ordonnance