Samedi, 16 Décembre 2017
Dernières nouvelles
Principale » Québec précise ses exigences — Uber

Québec précise ses exigences — Uber

13 Octobre 2017

Uber restera finalement au Québec après avoir annoncé son départ le 14 octobre en raison des nouvelles exigences imposées par le gouvernement du Québec pour la prolongation du projet pilote.

"Avec la récente nomination du ministre André Fortin au ministère des Transports, nous reconnaissons qu'il y a une opportunité d'établir un dialogue constructif afin de trouver une solution à long terme pour les utilisateurs et les partenaires-chauffeurs d'Uber au Québec", écrit M. Guillemette. "Pendant cette période, nous continuerons à desservir les Québécois", a réagi Jean-Nicolas Guillemette, directeur général d'Uber Québec.

"Entre-temps, nous demeurons déterminés à collaborer avec le gouvernement", ajoute-t-il.

"Quant à ceux déjà inscrits en date du 14 octobre 2017, ils devront se conformer à cette obligation dans un délai de deux ans suivant la dernière vérification des antécédents judiciaires faite par Uber", lit-on aussi dans le communiqué.

Il en modifie toutefois un aspect sur la vérification des antécédents judiciaires par des policiers. A compter du 15 octobre, les nouveaux chauffeurs ont huit semaines pour effectuer le contrôle de leurs antécédents par la police.

Apple pourrait généraliser FaceID en 2018 — IPhone
D'après lui, les smartphones prévus en 2018 chez Apple abandonneront purement et simplement le Touch ID au profit du Face ID . Apple serait décidé à effacer l'erreur dès l'an prochain en équipant tous les iPhone de la caméra TrueDepth.

"Soyons bien clair: cette modification ne change en rien les obligations d'Uber". Uber déplore l'imposition de règles similaires à celles auxquelles sont soumises les chauffeurs de taxi traditionnels, comme l'obligation pour les chauffeurs de suivre une formation d'une durée de 35 heures au lieu de 20 heures actuellement.

En réaction, Uber avait annoncé que les changements exigés par Québec mettaient " en péril " sa capacité à opérer au Québec. Le ministre Fortin estime que l'encadrement d'Uber est "juste et équitable envers tous les acteurs de l'industrie".

Jeudi, le premier ministre Philippe Couillard avait affirmé: "il n'est pas question qu'on se prosterne devant une multinationale", se disant avant tout guidé par l'équité et le respect des droits et règlements par tous.

Celui-ci affirme que si le gouvernement ne met pas fin au projet pilote, les chauffeurs de taxi devraient obtenir une compensation pour leurs pertes de revenu et pour la valeur diminuée de leur permis.

Québec précise ses exigences — Uber