Vendredi, 15 Décembre 2017
Dernières nouvelles
Principale » Une croissance de 2,4 % en 2017 (Banque mondiale) — Afrique subsaharienne

Une croissance de 2,4 % en 2017 (Banque mondiale) — Afrique subsaharienne

12 Octobre 2017

Ce regain est lié à la situation des deux principales locomotives du continent (l'Afrique du Sud et le Nigeria) qui ont renoué avec la croissance après respectivement deux et cinq mois de performances négatives, entrainant dans leur sillage la croissance régionale. Selon les propos tenus par l'économiste au cours de cette conférence de presse qui a été retransmise dans plusieurs pays africains par vidéoconférence, la région connaît une reprise à plusieurs vitesses. Dans les économies les moins tributaires des matières premières, comme l'Éthiopie et le Sénégal, la croissance est restée globalement stable, soutenue par les investissements dans les infrastructures et une meilleure productivité agricole, note le rapport.

Au premier trimestre, la croissance du Pib réel a augmenté de 3,7 %, principalement en raison de la forte production dans le secteur des hydrocarbures, qui a augmenté de 7,1 %, précise cette banque de développement multilatérale.

"Les pays exportateurs de métaux profitent du redressement des cours internationaux sur fond de rebond de la production minière et des investissements " relève le rapport.

"Au fur et à mesure que le taux d'investissement de la Chine baisse, même si le pays garde le même taux de croissance, il y a des chances que ses importations de matières premières baissent", a affirmé l'économiste de la Banque mondiale.

Bruno Mars leads American Music Awards nominees with 8
Shape of You is also nominated for Video of the Year , alongside Despacito and Bruno's That's What I Like. Mars will compete against The Chainsmokers, Drake , Lamar and Sheeran.

La croissance de l'Afrique subsaharienne s'est renforcée en 2017 grâce à un élan de l'activité et des échanges mondiaux et devrait ainsi passer d'un taux de 1,3 % en 2016 à 2,4 % en 2017, indique la dernière édition d'Africa's Pulse, un rapport semestriel de la Banque mondiale qui analyse l'état des économies africaines.

Ces prévisions restent inchangées par rapport à avril, et supposent que les prix des matières premières se stabiliseront et que la demande intérieure croîtra progressivement grâce à un ralentissement de l'inflation et à l'assouplissement de la politique monétaire. Mais, les perspectives restent difficiles pour les pays de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (Cemac), contraints de s'ajuster à la faiblesse des cours du pétrole qui diminue leurs recettes et augmente leur dette.

" La plupart des pays africains n'ont pas de marge de manœuvre suffisante pour faire face à la volatilité de la conjoncture et doivent s'efforcer d'élargir un espace budgétaire..."

Les perspectives de la région restent néanmoins difficiles, explique, la croissance n'ayant pas renoué avec le rythme moyen d'avant la crise.

Une croissance de 2,4 % en 2017 (Banque mondiale) — Afrique subsaharienne