Jeudi, 21 Septembre 2017
Dernières nouvelles
Principale » Le Drian évoque une reprise du dialogue entre gouvernement et opposition — Venezuela

Le Drian évoque une reprise du dialogue entre gouvernement et opposition — Venezuela

13 Septembre 2017

Le gouvernement et l'opposition vénézuélienne auront mercredi une série de discussions en République dominicaine, a annoncé mardi le ministre français des Affaires étrangères qui a de nouveau brandi la menace de sanctions européennes si Caracas n'engage pas rapidement le dialogue.

Cet entretien, qualifié de "franc", intervient au lendemain de l'appel du Haut-commissaire de l'Onu aux droits de l'Homme à une enquête internationale au Venezuela sur la répression des manifestations dans le pays depuis avril, qui pourrait constituer selon lui des crimes contre l'humanité.

Depuis, les positions semblaient irréconciliables. Une médiation proposée par l'ancien chef du gouvernement espagnol José Luis Rodriguez Zapatero et le président dominicain Danilo Medina.

Après des mois de crise, une amorce de dialogue se dessine entre le président vénézuélien Nicolas Maduro, auteur en juillet d'une sorte de coup d'Etat juridique, et l'opposition.

UN Security Council Approves New Sanctions Against North Korea
The NSCC also said the xenon traces detected had no impact on South Korea's environment and population. "This will cut deep", U.S. Chinese officials have privately expressed fears that an oil embargo could risk causing massive instability in its neighbour.

C'est le président vénézuelien lui-même qui a officialisé mardi soir cette reprise des pourparlers. "Zapatero et le président Medina savent bien que j'ai été le promoteur d'un dialogue (avec l'opposition), j'accepte donc cette nouvelle journée de dialogue", a déclaré le successeur d'Hugo Chávez lors d'une réunion de son cabinet retransmise à la télévision. Mais la coalition de l'opposition vénézuélienne (MUD) avait gelé ces négociations en décembre, accusant le pouvoir de ne pas appliquer des accords déjà conclus sur un calendrier électoral et sur la libération d'opposants emprisonnés. L'opposition prévient qu'il ne s'agit pas encore d'une reprise du dialogue mais d'une réunion "exploratoire". Les représentants des deux camps ne devraient d'ailleurs pas se rencontrer pour le moment. "Pour entrer dans une véritable négociation, nous exigeons des actions immédiates qui démontrent une véritable disposition à résoudre les problèmes nationaux et qui ne servent pas à gagner du temps", écrit la coalition antichaviste. Entre-temps, la situation s'est envenimée, notamment avec l'élection d'une Assemblée constituante le 30 juillet. Ses 545 membres sont tous des partisans du pouvoir, après le refus de l'opposition de participer au scrutin. Ils ont ensuite confisqué les prérogatives du Parlement, seule institution contrôlée par l'opposition.

A la mobilisation de la rue de ces derniers mois au Venezuela s'était ajoutée une intense pression diplomatique sur Caracas, doublée de sanctions financières américaines.

"J'ai été heureux d'apprendre que le dialogue avec l'opposition allait reprendre demain en République dominicaine", a déclaré le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, dans un communiqué après avoir reçu à Paris son homologue vénézuélien, Jorge Arreaza Montserrat.

Le Drian évoque une reprise du dialogue entre gouvernement et opposition — Venezuela