Mercredi, 27 Janvier 2021
Dernières nouvelles
Principale » Les propos de Macron sont 'arrogants — Pologne

Les propos de Macron sont 'arrogants — Pologne

26 Août 2017

"En visite en Bulgarie, le président français a accusé le gouvernement ultraconservateur polonais d'" aller à l'encontre des intérêts européens ". Plus tôt, Macron avait violemment critiqué le refus polonais de durcir cette directive, "une nouvelle erreur" commise par ce pays qui se "met en marge" de l'UE, selon lui.

Emmanuel Macron n'a pas pris de gants.

"Je conseille au président de se concentrer sur les affaires de son pays; peut-être peut-il obtenir les mêmes résultats économiques et le même degré de sécurité pour les citoyens (français) que ceux qui sont garantis en Pologne", poursuit-t-elle.

Vendredi 25 août, depuis la résidence d'été du gouvernement bulgare à Varna, sur les bords de la mer Noire, le chef de l'Etat a tenu des propos très durs contre la première ministre polonaise, l'ultraconservatrice Beata Szydlo. "Alors que M Szydlo avait expliqué qu'elle voulait défendre " l'intérêt des travailleurs polonais ", M. Macron lui a rétorqué qu'il pensait " que le sens de l'histoire est d'améliorer leurs conditions matérielles ".

Laurent Wauquiez est "le meilleur pour présider" les Républicains — Guillaume Larrivé
Pour tous, la rentrée sera l'occasion de compter ses forces et de réfléchir à l'avenir du parti avant le rendez-vous de décembre. Laurence Sailliet , membre du bureau politique des Républicains, est la seule candidate officiellement déclarée.

Cette directive permet à une entreprise de l'UE d'envoyer à titre provisoire dans d'autres pays de l'Union ses salariés en continuant à payer les cotisations sociales dans le pays d'origine. Si cet acte normatif qui encadre le statut date de 1996, c'est surtout lorsque l'Europe a commencé à s'élargir à l'Est, à partir 2004, que la directive fait parler d'elle. Réponse de l'intéressée: "Nous avons les mêmes droits que la France, que les autres pays membres, et nous allons en profiter pour le bien de la Pologne et des Polonais".

Macron, cette directive constitue une concurrence déloyale pour le marché du travail français et est injuste pour les travailleurs français.

Soutenue par l'Autriche et l'Allemagne, la France souhaite limiter la durée de séjour d'un travailleur détaché à un an et non 24 mois.

Les propos de Macron sont 'arrogants — Pologne