Lundi, 19 Novembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Pékin répond à Trump — Corée du Nord

Pékin répond à Trump — Corée du Nord

01 Août 2017

L'agence KCNA a assuré samedi que le tir, supervisé en personne par Kim Jong-Un, avait été une réussite. Le tir de vendredi survient après un premier test réussi, le 4 juillet, d'un missile intercontinental.

Le ministère a aussi qualifié de "sans fondement" les critiques selon lesquelles la Russie, et la Chine, reconnaissent les ambitions nucléaires et balistiques de la Corée du Nord.

Des experts sud-coréens de l'Université Kyungnam prennent très sérieusement les fanfaronnades de Kim-Jung-Un.

"Cela signifie qu'il pourrait atteindre non seulement des villes de l'ouest mais également New York et Washington", dit-il à l'AFP. Pourtant ils ne font rien pour nous avec la Corée du Nord, hormis parler'.

La Chine a de son côté exhorté toutes les parties "à agir avec prudence pour empêcher une escalade des tensions".

Lors d'un entretien téléphonique, le Premier ministre japonais Shinzo Abe et le président américain Donald Trump se sont accordés sur le fait que " la Corée du Nord représente une menace directe sérieuse et grandissante pour les États-Unis, le Japon, la République de Corée (Corée du Sud, ndlr) et d'autres pays proches et lointains", selon un communiqué de la Maison Blanche.

Les bombardiers supersoniques B-1B ont été utilisés à plusieurs reprises par l'armée américaine dans des démonstrations de force en réponse à des essais de missiles nord-coréens.

Man arrested in connection to double shooting in southeastern Indiana
It happened around 7 p.m.in the 9300 block of State Road 48 after reports that a shooting occurred at a residence. Early Saturday morning, police apprehended Terry Storey, 55, who lives just west of the scene of the shooting.

Le Pentagone se prépare depuis longtemps à l'éventualité d'un conflit avec Pyongyang, mais cette rhétorique plus tranchante marque une évolution. Auparavant, il s'agissait de critiquer les tirs, mais sans mentionner d'options militaires de représailles.

"Nous estimons que le problème du nucléaire nord-coréen et les échanges commerciaux sino-américains sont deux sujets distincts, appartenant à des domaines complètement différents" et qui "ne doivent pas être discutés conjointement", a affirmé le vice-ministre chinois du Commerce, Qian Keming, à l'occasion d'une conférence de presse. "En menaçant le monde, ces armes et ces essais isolent davantage la Corée du Nord, affaiblissent son économie et appauvrissent sa population", a poursuivi Donald Trump.

De son côté, la Corée du Sud a annoncé qu'elle allait accélérer le déploiement du bouclier antimissiles américain Thaad sur son territoire - s'attirant une sévère mise en garde de Pyongyang ainsi que de Pékin, qui y est farouchement opposé. Mais pour Pékin, le dialogue est la seule manière de faire évoluer les autorités nord-coréennes.

L'Union européenne a condamné le nouveau tir et la France a appelé à "l'adoption rapide de sanctions additionnelles et fortes" par l'ONU.

Depuis 2006, les six régimes de sanctions prises à l'ONU à l'encontre de Pyongyang n'ont pas eu d'impact sur le programme balistique nord-coréen.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Pékin répond à Trump — Corée du Nord