Dimanche, 29 Mars 2020
Dernières nouvelles
Principale » "Très haut débit : "la curieuse " accélération " d'Emmanuel Macron

"Très haut débit : "la curieuse " accélération " d'Emmanuel Macron

18 Juillet 2017

Comme le rappelle "les Echos", il y a une différence entre le haut (8 mégabits/s) et le très haut débit (30 mégabits/s). Emmanuel Macron ne fait que confirmer, une fois encore, l'impossibilité de fibrer tout le territoire et l'importance des technos alternatives en tant que réseaux de transition voire de remplacement. Le Premier ministre Édouard Philippe a notamment annoncé son intention de voir toute la France couverte d'ici 2022 pour ce qui est du fixe. Et ce en dépit de retards de déploiement. Je souhaite accélérer ce calendrier afin de parvenir à une couverture en haut et très haut débit d'ici la fin de l'année 2020.

Soit. deux ans d'avance sur le plan de la précédente majorité et sur ce que prévoyait le programme du candidat Macron. "Je vous dis fin 2020, car je sais que j'aurai encore l'année 2021 pour pouvoir rattraper les retards", a néanmoins plaisanté le chef de l'État. Pour atteindre son objectif, il parle désormais d'accès "haut débit et très haut débit". "Cette promesse est intenable technologiquement et financièrement", a-t-il insisté. En revanche, l'ADSL et ses lignes de cuivre couvrent déjà 30 millions de foyers. Dont 12 millions qui peuvent bénéficier d'une vitesse de téléchargement de plus de 100 mégabits par seconde. Il nécessiterait 15 à 16 milliards d'euros d'investissement, soit environ 5 milliards d'euros par an durant d'ici à la fin 2020, c'est-à-dire pas loin de ce que l'ensemble des opérateurs investissent tous les ans.

Homeless subway pusher acquitted on all charges
Han's sternum and bones crack, [watching] the blood coming out of his mouth", said the prosecutor, citing Davis' own statements. On that day, at least a minute passed before the train hit Han, with none of the nearby bystanders attempting to aid the man.

Des mesures de contrainte à l'égard des opérateurs de téléphonie " Les déploiements ne sont pas assez rapides, les opérateurs, aujourd'hui, rechignent encore dans les endroits qui sont les moins rentables", a déploré le chef de l'Etat. L'État, a encore précisé Emmanuel Macron, "affectera une part du grand plan d'investissement à cette priorité pour, là où c'est nécessaire, là où des carences sont constatées, se substituer aux opérateurs défaillants".