Samedi, 24 Octobre 2020
Dernières nouvelles
Principale » Maryam Mirzakhani, première femme lauréate de la médaille Fields, est décédée

Maryam Mirzakhani, première femme lauréate de la médaille Fields, est décédée

15 Juillet 2017

L'Iranienne Maryam Mirzakhani est décédée samedi des suites d'un cancer à l'âge de 40 ans, aux États-Unis où elle vivait, ont annoncé samedi un proche et des médias iraniens.

"Une lumière s'est éteinte aujourd'hui. Cela me brise le coeur", a déclaré sur Twitter Firouz Michael Naderi, un scientifique américano-iranien et un ancien de la NASA.

But also a daughter, a mother and a wife.

Née en Iran en 1977, Maryam Mirzakhani rêvait, enfant, d'être écrivain mais la fièvre des chiffres et des équations la prend au collège, pour ne plus la quitter. Le déclic pour les mathématiques lui vient plus tard.

Photographer Broke Due to Copyright Lawsuit by Monkey
Speaking to The Telegraph, the 52-year-old photographer said: "I'm just not motivated to go out and take photos any more". Now, Slater is apparently struggling financially, the costs of the ongoing court battles all but draining his coffers.

Une passion pour les mathématiques.

Vendredi, Firouz Michael Naderi avait mis en ligne une photo de la jeune femme en train d'écrire des formules mathématiques sur un tableau noir avec ce message: "c'est quelqu'un de très réservé mais envoyez-lui vos pensées positives et vos énergies positives ". Cette spécialiste de la géométrie des formes inhabituelles avait découvert de nouvelles façons de calculer les volumes d'objets avec des surfaces hyperboliques, comme par exemple une selle de cheval. "La plupart des mathématiciens ne produiront jamais quelque chose d'aussi bon (.) Et elle l'a fait dès sa thèse", avait salué à l'époque un professeur de mathématiques de l'université de Chicago, Benson Farb, cité par le Stanford News.

En 2014, l'ultime récompense.

En 2014, elle est devenue la première femme à recevoir la prestigieuse médaille Fields, considérée comme le prix Nobel des mathématiques. "C'est amusant, c'est comme faire un puzzle ou résoudre une énigme policière", assure avec simplicité celle qui se fait déjà remarquer lorsque, adolescente, elle remporte les olympiades internationales des mathématiques deux années de suite, en 1994 et 1995, avec un score parfait à l'issue de la seconde édition. "Je suis convaincue que de nombreuses autres femmes recevront ce type de récompense dans les prochaines années", avait répondu la mathématicienne. Le 13 juillet dernier, dans un dernier post sur Facebook, où elle remerciait les internautes de leur soutien, Maryam Mirzakhani affirmait: "Plus je passe de temps à faire des maths, plus je suis heureuse".