Dimanche, 28 Février 2021
Dernières nouvelles
Principale » GM&S Industry dans la Creuse : un nouveau sursis jusqu'au 30 juin

GM&S Industry dans la Creuse : un nouveau sursis jusqu'au 30 juin

24 Juin 2017

Le groupe creusois n'a toujours pas fait l'objet "d'offre ferme" de reprise, ont indiqué les syndicats.

Le tribunal a finalement décidé de différer l'examen du dossier d'une semaine comme le demandaient les réprésentants des 277 salariés, a indiqué leur avocat, Me Jean-Louis Borie, pour qui la semaine à venir "va être décisive".

Encore une fois, les salariés du site GM et S de la Souterraine en Creuse ont fait le déplacement à Poitiers ce vendredi matin.

Mais ce délai est extrêmement serré: huit jours seulement pour dénicher la perle rare. Seul "un mail complémentaire a été déposé" auprès du tribunal, ont-ils dit.

L'entourage du ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, avait pourtant indiqué jeudi qu'une offre de GMD avait été transmise au tribunal de Poitiers. Mais aucune offre ferme n'a été déposée à ce stade.

Lagergren, Stalter lead at BMW International Open
Stenson sat just one shot back after two rounds, courtesy of a round of three-under that featured just a single blemish. Just a couple little mistakes here and there. "You don't have to be ashamed of three under I guess around here".

Les salariés de GM&S, eux, espèrent obtenir que "les constructeurs puissent financer la période d'observation" au-delà de la date limite du 30 juin, jusque fin septembre, pour permettre d'approfondir les négociations avec GMD, notamment sur les emplois repris.

"J'aurai les constructeurs automobiles Renault et Peugeot au téléphone en début de semaine pour les convaincre de continuer à investir dans cette entreprise", a déclaré le ministre, en marge de la visite de l'entreprise Erpro & Sprint, à Saint-Leu-la-Forêt, dans le Val-d'Oise. "Il m'a expliqué très clairement qu'il était trop tôt pour faire une offre ferme", a expliqué M. Le Maire, assurant que lui-même et son équipe allaient "continuer à travailler d'arrache-pied pour trouver une solution durable".

Seul un repreneur, le stéphanois GMD, a exprimé un intérêt pour GM&S, emboutisseur/soudeur/assembleur de La Souterraine, au poids économique crucial dans la Creuse, où il est le deuxième employeur privé avec 277 salariés.

Le gouvernement a déjà fait pression sur les deux constructeurs le 21 mai dernier pour qu'ils augmentent leurs commandes, ce qui assurait un chiffre d'affaires à l'entreprise de 25 millions d'euros à partir de 2018, selon les délégués syndicaux du site. Elles se déroulent dans le cadre d'une "cellule de crise" dont le président Emmanuel Macron, fraîchement élu, avait annoncé la création aux syndicalistes creusois lors d'une rencontre le 9 juin à Bellac (Haute-Vienne), un de ses premiers déplacements en province.

GM&S Industry dans la Creuse : un nouveau sursis jusqu'au 30 juin