Jeudi, 17 Août 2017
Latest news
Main » Deux parents de Grégory présentés à un juge

Deux parents de Grégory présentés à un juge

18 Juin 2017

Ils ont été placés en détention provisoire dans deux établissements pénitentiaires différents de Bourgogne pour éviter qu'ils ne se concertent. Jacqueline Jacob avait été désignée, hier, par le procureur comme un des corbeaux présumés de l'affaire.

Une autre expertise graphologique a montré que la grand-mère de Grégory, Monique Villemin, "pourrait" être l'auteure d'une menace de mort anonyme reçue par un enquêteur dans ce dossier en 1989.

Quant à la belle-soeur du père de Grégory, Ginette Villemin, elle a été relâchée jeudi 15 juinaprès sa garde à vue débutée en même temps que le couple septuagénaire mercredi.

"Grand-oncle et grand-tante du garçonnet dont le visage est connu de toute la France, les Jacob ont été mis en examen pour " enlèvement " et " séquestration suivie de la mort de Grégory Villemin ", a confirmé, ce vendredi après-midi, Jean-Jacques Bosc, le procureur général de Dijon (Côte d'Or). Il cite pour preuve cette dispute en 1982 entre les Jacob et des membres de la famille Villemin, au cours de laquelle Marcel s'en serait pris à Jean-Marie Villemin (le père de Grégory) en lui disant: " Je ne serre pas la main d'un chef ", surnom donné à Jean-Marie en référence à sa promotion de contremaître.

L'épais dossier de procédure révèle en tous cas " l'existence d'un lien indissociable entre trois lettres anonymes de 1983, le courrier posté avant le crime à 17h15 (le 16 octobre 1984, NDLR) et l'enlèvement", a détaillé Jean-Jacques Bosc. Selon une source proche du dossier, les enquêteurs ont par ailleurs retrouvé des " notes " de Marcel Jacob où il affirme ne pas être le meurtrier de l'enfant.

Marcel et Jacqueline Jacob ont été déférés au parquet général de Dijon vendredi. Et c'est donc le " clan Laroche ", les proches de Bernard Laroche cousin de Jean-Marie et abattu par ce dernier convaincu de sa culpabilité, qui se retrouve de nouveau au centre de l'enquête. L'enquête a été relancée par des nouveaux éléments liés aux lettres et appels d'un corbeau, qui harcelait le couple Villemin depuis 1981, soit trois ans avant la mort du petit Grégory.

Trump 'canceling' Obama's Cuba policy but leaves much in place
The president announced changes to Obama-era Cuba policy, and challenged the Castro government to negotiate a better deal. When Obama made the agreement and restored relations with the Cuban government , he gave them everything they asked for.

Rappelons s'il en est besoin les faits: le 16 octobre 1984, vers 17 heures, Grégory Villemin, âgé de 4 ans, disparaît alors qu'il joue à proximité du domicile de ses parents.

Cette affaire, qui est l'une des plus énigmatiques de l'histoire criminelle en même temps qu'un fait-divers très suivi par les médias et l'opinion, se concentre depuis le départ sur cette famille nombreuse, marquée par les rivalités et les jalousies.

Une nouvelle analyse des écritures a désigné Jacqueline Jacob comme l'auteur d'une lettre de menace envoyée en 1983 aux parents de Grégory.

Une autre lettre revendiquant le meurtre de l'enfant postée avant la découverte du corps, invoquait une "vengeance". Cependant, les époux Jacob paient surtout leur mutisme en garde à vue.

"On n'a aucun élément matériel, rien" à leur encontre, "on a mis la charrue avant les boeufs", a dénoncé Me Stéphane Giuranna devant la presse, au sortir du palais de justice de Dijon, précisant qu'il allait rapidement demander "la nullité de la mise en examen" de son client qui aurait dû seulement être placé sous le statut de témoin assisté selon lui.

QUESTION DU JOUR. Affaire Grégory: pensez-vous qu'on connaîtra un jour la vérité?

Deux parents de Grégory présentés à un juge