Vendredi, 22 Novembre 2019
Dernières nouvelles
Principale » La riposte de Donald Trump — Ingérence russe

La riposte de Donald Trump — Ingérence russe

17 Juin 2017

"Si c'était sa méthode en tant que directeur du FBI, alors il méritait totalement d'être limogé, et s'il faisait fuiter régulièrement, il doit être poursuivi", a lancé vendredi un porte-flingue de M. Trump, son premier directeur de campagne Corey Lewandowski, sur NBC.

L'une d'entre elles, surtout, a focalisé l'attention des membres de la Commission.

"J'espère bien qu'il y a des enregistrements", a-t-il dit, très sûr de lui. Il a ensuite dit: "J'espère que vous jugerez bon de laisser tomber, de laisser Flynn tranquille ". "C'est un bon gars". Dans une salle comble du Capitole, James Comey a témoigné jeudi 8 juin devant la commission du Renseignement du Sénat.

"Sur le fond comme sur la forme, le président n'a jamais dit à M. Comey +J'ai besoin de loyauté, je m'attends à de la loyauté+", a indiqué Marc Kasowitz dans un communiqué, en référence aux termes utilisées par M. Comey. Mais 'je l'ai interprété comme une instruction', a-t-il dit, refusant de jouer sur les mots.

"Malgré tant de faux témoignages et de mensonges, confirmation totale et complète.et WOW, Comey est une balance!" a-t-il écrit sur Twitter. D'après ces notes, le Président essayait de convaincre le directeur du FBI de ralentir l'enquête parlementaire sur la " piste russe " dans la victoire de Donald Trump à l'élection présidentielle de novembre 2016, lui demandait de la " loyauté " et l'appelait à abandonner l'enquête sur Michael Flynn.

La mise en scène était pourtant minimaliste: l'ancien grand flic, qui accuse un peu plus de deux mètres sous la toise, se tenait droit à son bureau de chêne et a répondu aux questions durant deux heures et quarante minutes. Aussi, a-t-il accusé l'administration de Donald Trump d'avoir "diffamé" la police fédérale ainsi que lui-même. "Ce sont des mensonges purs et simples". Avant d'ajouter: "Le FBI est honnête. Le FBI est fort, et le FBI est et sera toujours indépendant". "Mais c'est une conclusion que le procureur spécial étudiera certainement de très près pour tenter de comprendre quelle était l'intention (du président) et pour voir s'il s'agit d'un crime".

US Open : Four-way tie at championship as big guns crash out
Casey birdied five holes in a row after the rough stretch and was the first player in the clubhouse at seven-under. Right behind him were 43 other players who broke par, breaking a championship record that had stood for 27 years.

En outre, Donald Trump se serait vanté, auprès du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, d'avoir limogé celui qu'il a qualifié de "cinglé": "J'étais sous pression à cause de la Russie". "Je craignais honnêtement qu'il ne mente sur la nature de notre réunion", a-t-il justifié, une déclaration extraordinaire concernant un président en exercice.

"Cette audition est accablante pour l'administration Trump", analyse Gallagher Fenwick, correspondant de France 24 à Washington.

Un ancien avocat du ministère de la Justice qui a enquêté sur Richard Nixon, Philip Allen Lacovara, estime dans le Washington Post daté de jeudi qu'il y a "suffisamment d'éléments" dans le témoignage de M. Comey pour établir "une entrave à la justice". "D'autant qu'il est possible que les élus républicains au sein du Sénat décident de ne rien faire".

Quant au dossier sur la Russie, M. Comey a affirmé que Donald Trump ne lui avait pas demandé d'abandonner l'enquête sur les collusions avec le pays, ou plus exactement, "pas selon (sa) compréhension ".

Pour l'ancien patron du FBI, la raison de son renvoi est à chercher dans l'enquête qu'il menait sur l'ingérence russe dans la campagne électorale américaine et sur les liens de l'entourage de Donald Trump avec Moscou.

La riposte de Donald Trump — Ingérence russe