Vendredi, 14 Août 2020
Dernières nouvelles
Principale » "Je ne suis pas devenu muet en entrant Place Vendôme" — François Bayrou

"Je ne suis pas devenu muet en entrant Place Vendôme" — François Bayrou

15 Juin 2017

L'élu assure qu'Édouard Philippe "a eu raison" de recadrer son ministre de la Justice à propos du coup de fil passé à un journaliste de Radio France pour se plaindre des méthodes utilisées lors de l'enquête sur les assistants parlementaires du MoDem.

Retrouvez cet article sur Francetv infoLe retour du service national compromisLa loi de moralisation de la vie publique au Conseil des ministresLutte contre le terrorisme: May et Macron pressent les géants du webQuatre signes qui montrent que François Bayrou est fragilisé au sein du gouvernementLes 5 infos des législatives aujourd'hui: Bayrou fait face à de nouvelles révélations, Valls se trouve des soutiens communistes, des candidats LREM refusent le débat.

A droite, on rappelle que l'indépendance de François Bayrou et son caractère imprévisible ne sont pas forcements compatibles avec la cohésion gouvernementale prônée par Emmanuel Macron.

Le ministre de la Justice a aussi promis une "refonte" du financement public de la vie politique, avec la création d'une "banque de la démocratie" qui pourra prêter de l'argent aux partis.

Pour l'instant, les tensions entre les deux hommes ne sont pas insurmontables.

Emmanuel Macron Tells Theresa May EU's 'Door Remains Open' to UK
An English flag was displayed by a section of the Stade de France crowd as the teams entered the field on a balmy evening. Larger scale attacks killed dozens in Nice last year and in Paris the year before that.

Cette loi, très attendue dans un pays régulièrement secoué par des affaires, est une promesse de campagne du président Macron.

Il faut dire que ce grand chantier législatif est voué à devenir l'un des symboles du nouveau quinquennat.

L'exécutif prévoit notamment d'interdire l'emploi par des parlementaires de membres de leur famille, de supprimer la "réserve" parlementaire, et d'encadrer les activités de conseil des députés et sénateurs. Ces tensions ont donné lieu au premier couac du quinquennat: un rappel à l'ordre du ministre de la Justice par le Premier ministre, Edouard Philippe.

Cette enquête préliminaire, ouverte vendredi par le parquet de Paris, vise à savoir si le MoDem dont il est le président a salarié des employés en les faisant passer pour des assistants parlementaires européens.

Le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, a tenté mercredi matin de défendre le ministre sur BFMTV, tout en souhaitant tourner la page. Et, peut-être bien que le second, pour continuer d'exister, aura besoin du premier, dimanche soir, pour peu que La République en marche rassemble une majorité absolue, sans le MoDem. "L'influence, vous l'avez quand vous êtes en phase avec le président de la République et que vous êtes créatif et entraînant dans la direction que vous ensemble défendue devant les Français". Tandis que les autres ministres moins aguerris rivalisent de prudence dans les médias en application des règles élyséennes, le garde des Sceaux communique comme bon lui semble. "Chaque fois qu'il y aura quelque chose à dire (.), je le dirai", s'est-il exclamé. "Un ministre ne démissionne que s'il est mis en examen", a rappelé l'Elysée auprès de l'AFP. Il assure par ailleurs que ni le président, ni le chef du gouvernement ne lui ont fait part de leur désapprobation.