Jeudi, 6 Août 2020
Dernières nouvelles
Principale » Majorité écrasante en vue pour Macron, un atout pour réformer — France/législatives

Majorité écrasante en vue pour Macron, un atout pour réformer — France/législatives

13 Juin 2017

"Ni ses 24 % du premier tour de l'élection présidentielle, ni les 50 % d'abstention de ce dimanche ne doivent donner l'illusion d'une France convertie à la +Macron-mania+", insiste Nicolas Beytout dans L'Opinion. "Ils vont perdre les deux tiers de leur financement public au final et le PS va se retrouver proche de la faillite". On estime que son parti pourrait faire élire entre 390 et 430 députés sur les 577 de l'assemblée. Avec plus de 32 % des suffrages dimanche, le parti du chef de l'Etat, mis en orbite il y a à peine plus d'un an, peut espérer engranger de 415 à 455 sièges au Palais-Bourbon avec le Modem.

Pour ce premier baptême du feu, le président Emmanuel Macron, qui a créé son parti il y a tout juste un an, a présenté une liste de 428 candidats, dont la moitié sont des femmes et des personnes issues de la société civile ou n'ayant jamais été élues à un poste. Autre temps, autres mœurs pour des Républicains qui vont devoir se réinventer pour ne pas sombrer face au " rouleau-compresseur " macroniste, quitte à se scinder en deux - une droite " macron-compatible " portée par Bruno Le Maire, les partisans d'Alain Juppé, et autres Thierry Solère, et une droite " de valeurs et de combat " à la lisière du Front national avec une personnalité comme Laurent Wauquiez à sa tête. Ce nouveau visage de la politique, un éleveur du Centre-Bretagne proche de Jean-Yves Le Drian, a conseillé Emmanuel Macron sur les questions agricoles pendant la campagne présidentielle. Avec seulement 21 %, ils pourraient perdre une centaine de sièges. "Un vote pour des réformes", a tweeté le porte-parole de Mme Merkel, Steffen Seibert. Richard Ferrand, le ministre de la Cohésion des territoires est ainsi arrivé en tête de la 6e circonscription avec 34% des voix, les électeurs ne lui tenant visiblement pas rigueur de son implication dans l'affaire immobilière pour laquelle une enquête préliminaire a été ouverte.

Le phénomène a été encore accentué en 2002 par l'inversion du calendrier électoral, qui fait de la présidentielle l'élection phare.

Comme cela est généralement le cas, le Front national ne parvient pas à mobiliser ses électeurs aux législatives autant qu'à la présidentielle. "La mobilisation doit se poursuivre, et même s'amplifier pour le second tour", a lancé dimanche soir Catherine Barbaroux, la présidente par intérim de LREM.

La droite, qui espérait priver Emmanuel Macron de majorité, terminerait avec 70 à 130 élus Les Républicains (LR) et UDI. Le numéro deux du Parti, Florian Philippot, arrive aussi en tête en Moselle. Les partis politiques se sont ils trompés de stratégie? Un premier tour qui représente également un échec pour la droite, une déception pour la France insoumise et le FN, ainsi qu'une débâcle pour le Parti socialiste.

Deuxième tour des élections législatives en France (18 juin)
Le parti frontiste qui espérait pouvoir former un groupe (15 députés) à l'Assemblée ne pourrait compter qu'entre 3 et 10 députés. Une aussi faible participation devrait avoir pour effet mécanique une limitation du nombre de députés élus dès le premier tour.

La France insoumise et le PCF ont rassemblé 13,74% des voix.

Quel est le fait le plus marquant de ce premier tour des élections législatives? Les socialistes et leurs alliés PRG et EELV subissent une véritable béréniza.

Comment encadrer cette "majorité obèse" de plus de 400 députés, selon l'expression d'une source parlementaire socialiste?

Il s'agit néanmoins d'un "recul sans précédent de la gauche", a reconnu le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis, éliminé dans sa circonscription parisienne comme les anciens ministres Mathias Fekl, Pascale Boistard, Aurélie Filippetti, François Lamy, Kader Arif, Christian Eckert. Il rappelle que, dans les candidats qui ont rallié Emmanuel Macron, il y a " des nouveautés, mais aussi beaucoup de recalés de la vie politique ".

"Le président de la République a fixé ses priorités, formation professionnelle, assurance chômage, liberté d'entreprise", a-t-il ajouté.