Vendredi, 14 Août 2020
Dernières nouvelles
Principale » Le bouleversement du paysage politique français est en marche — Élections législatives

Le bouleversement du paysage politique français est en marche — Élections législatives

12 Juin 2017

Toutefois, l'abstention a atteint le niveau record de 51,29%, du jamais vu aux législatives sous la Ve République.

"Le message des Français est sans ambiguïté (.) vous avez été des millions à confirmer votre attachement au projet de renouvellement, de rassemblement et de reconquête du président de la République", a dit Edouard Philippe, lors d'une déclaration à la presse.

Les électeurs ultramarins d'Amérique, consultés dès samedi, se sont pour la plupart moins mobilisés qu'il y a cinq ans, à l'exception de l'archipel de Saint-Pierre et Miquelon (59% de participation), où la ministre des Outres-Mer Annick Girardin (PRG), a été mise en ballottage.

Cinq semaines après l'élection d'Emmanuel Macron, l'affaire immobilière impliquant Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des territoires et candidat REM dans le Finistère, semble avoir eu un impact très limité sur les intentions de vote, selon les sondeurs, qui estiment en revanche que le débat sur la réforme du Code du travail pourrait peser.

Un mois après le triomphe d'Emmanuel Macron, les Français ont boudé le premier tour des élections législatives qui, sauf surprise, devrait être marqué par une abstention record sous la Ve République, avec pour effet de limiter le nombre de députés élus dès dimanche.

De plus, au sein de la future Assemblée nationale, "Emmanuel Macron court le risque d'obtenir une majorité pléthorique, donc un peu compliquée à tenir", avertit Cécile Cornudet dans le quotidien économique Les Echos. Le second tour aura lieu dimanche prochain, le 18 juin. Le parti d'extrême droite vient devant les candidats de "La France insoumise" avec ses 11% de voix, même si la formation de Jean-Luc Mélenchon peut espérer un gain de 13 à 23 sièges à l'issue du prochain tour, dimanche prochain. Au FN, c'est également une douche froide comme l'a exprimé un de ses principaux leaders qui a parlé de "déception totale", ainsi que pour la France insoumise du tonitruant Mélenchon.

"Moins d'un électeur sur deux s'est déplacé aux urnes".

Chatham Lodging Trust (CLDT) Stake Cut by Macquarie Group Ltd.
Renaissance Technologies LLC acquired a new stake in shares of RLJ Lodging Trust during the fourth quarter worth about $9,167,000. Finally, Hillcrest Asset Management LLC raised its position in shares of RLJ Lodging Trust by 1.4% in the third quarter.

"Quand la gauche n'assume plus ses valeurs de gauche, elle est battue", a déploré l'ex-ministre socialiste Aurélie Filippetti, elle aussi éliminée dès le premier tour. "Un recul sans précédent", a reconnu son chef Jean-Christophe Cambadélis, éliminé dimanche, tout comme le candidat malheureux du PS à la présidentielle Benoît Hamon. D'autres sont en ballottage très défavorable, comme Najat Vallaud-Belkacem. La droite, qui espérait en début de campagne priver le nouveau président Macron de majorité, terminerait avec 80 à 132 élus LR et UDI. Finaliste de la dernière élection présidentielle, Marine Le Pen a exhorté les électeurs "patriotes " à se manifester en masse au deuxième tour le 18 juin et à renforcer la petite présence de son parti à l'Assemblée nationale.

Une certitude, le renouvellement de l'Assemblée est assuré avec près de 40% des députés sortants qui ne se représentent pas, l'entrée en vigueur de la loi sur le non-cumul des mandats et l'émergence d'une nouvelle génération de candidats.

Pour annoncée qu'elle soit, cette Bérézina n'en est pas moins un choc pour les responsables du PS. "Les résultats des socialistes doivent être regardés avec lucidité et il faudra en tirer toutes les conclusions au lendemain du second tour, pour rebâtir la gauche de gouvernement sur des bases saines et rénovées", a souligné dans un communiqué l'ancien Premier ministre Bernard Cazeneuve, chef de file des socialistes durant la campagne des législatives.

Les Français de l'étranger, qui ont déjà voté le week-end dernier, ont plébiscité les candidats de La République en Marche!, en mesure de l'emporter dans dix des onze circonscriptions en jeu.

Disposer d'un groupe, c'est aussi l'objectif du Front National (FN). Les 35 % du second tour de la présidentielle ont donc fondu autour de 14 %.

En fin de soirée électorale, quatre députés seulement (dont deux pro-Macron) avaient été élus au premier tour, contre 36 en 2012.