Lundi, 26 Octobre 2020
Dernières nouvelles
Principale » Législatives en France: la déception des adversaires de la République en Marche

Législatives en France: la déception des adversaires de la République en Marche

12 Juin 2017

"Ce soir, tout indique que la majorité absolue est d'ores et déjà acquise pour La République En Marche". Se gardant de triomphalisme, l'Elysée ne fera pas non plus "de commentaire".

Vendredi 9 juin dernier, dans le Grand Invité, sur RCF, le politologue Thomas Guénolé avait déclaré que depuis la dissolution de l'Assemblée nationale en 1997, "vous avez un candidat qui remporte la présidentielle, et quand arrivent les législatives, il n'y a pas véritablement de campagne dans les médias car on sort de la présidentielle, et par ailleurs, la participation chute de 80 % à 60 % environ, sauf pour les électeurs du vainqueur de la présidentielle".

En revanche, l'ex-Premier ministre Manuel Valls a annoncé être "nettement en tête" dans l'Essonne. Dont une partie devrait au final soutenir la majorité présidentielle. A droite, le secrétaire général du parti Les Républicains Bernard Accoyer Accoyer (LR) a jugé que le premier tour était "décevant pour notre famille politique".

Selon les premières estimations par sièges des sondeurs à 20H00, le mouvement présidentiel, la République En Marche (REM) et son allié du MoDem, raviraient dimanche prochain entre 390 et 445 des 577 sièges de l'Assemblée nationale, culminant très nettement au-dessus de la majorité absolue (289 élus).

Quant au Front national et à La France insoumise, ils n'ont pas réussi à capitaliser sur le bon score de leurs candidats à la présidentielle et auront surtout pour objectif d'avoir suffisamment de députés (15) pour former un groupe à l'Assemblée.

"Le taux d'abstention très élevé de ce premier tour montre que nous avons des réserves de voix considérables", a-t-elle également ajouté.

Espace. Thomas Pesquet dit au revoir à ses collègues [Vidéo]
Ils regagnent la Terre ce vendredi, après un séjour de près de 200 jours dans l'espace . Fier qu'on ait pu réaliser autant de travail! "À bientôt!", a écrit le Normand.

Depuis son fief d'Hénin-Beaumont, Marine Le Pen a appelé ses troupes à se mobiliser pour le second tour: "Ce taux d'abstention catastrophique pose la question du mode de scrutin". La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon réaliserait un score de 11%, en net recul par rapport au premier tour de l'élection présidentielle.

Le parti macroniste est en passe d'obtenir une des plus larges majorités de la Ve République, sans effacer le record de l'UDF-RPR en 1993 (484 sièges).

Des propos polémiques ont resurgi, et surtout des candidats ont vu leur probité mise en cause - à commencer par l'un des plus proches du président, le ministre de la Cohésion des territoires Richard Ferrand, en ballottage favorable dimanche, tout comme la ministre aux Affaires européennes Marielle de Sarnez, tout près de l'emporter à Paris bien qu'elle ait été citée dans une affaire d'emplois fictifs présumés au Parlement européen.

Cinq des six ministres candidats sont largement en tête dans leur circonscription, seule Annick Girardin étant en difficulté.

L'Assemblée nationale sera profondément renouvelée à l'issue du second tour dimanche prochain: 224 députés sortants ne se représentaient pas.

Emmanuel Macron a besoin d'une solide majorité pour asseoir sa politique de réformes sociales-libérales.