Samedi, 19 Septembre 2020
Dernières nouvelles
Principale » Pour une majorité de Français, Ferrand et de Sarnez doivent démissionner

Pour une majorité de Français, Ferrand et de Sarnez doivent démissionner

09 Juin 2017

Le ministre de la Cohésion des territoires, un ex-socialiste et un rallié de la première heure à Emmanuel Macron, est confronté à une polémique et à des appels à la démission après des informations du Canard enchaîné notamment sur une location immobilière des Mutuelles de Bretagne impliquant sa compagne. "M. Ferrand a surement des explications à donner, le gouvernement a surement un accompagnement à apporter", plaide François Baroin, chef de file LR pour les législatives. Alors que son ancienne adjointe lui a succédé à la tête de l'organisme lorsqu'il a été élu député du Finistère en 2012, Richard Ferrand est devenu chargé de mission, rémunéré 1250 euros par mois de 2012 à 2017.

Cela "ne change rien" non plus "à ce qui a déjà été dit par à la fois le parquet de Brest et le parquet national", financier, a ajouté Richard Ferrand, qui n'a pas souhaité en dire plus. "Dans le cas Ferrand, ce qui est grave, c'est qu'il n'y ait pas d'enquête". Une transaction qui permet à la compagne de Richard Ferrand de réaliser une magnifique plus-value en quelques années à peine.

Le parquet se penchera aussi sur le fait que la convention passée entre les mutuelles et la SCI n'a pas été soumise aux commissaires aux comptes, contrairement à ce qu'impose en théorie le code de la mutualité.

M. Ferrand a également employé comme assistant parlementaire le compagnon de celle qui lui a succédé à la direction des Mutuelles de Bretagne. "Devais-je m'abstenir de défendre un principe pertinent et dans le sens de l'intérêt général au prétexte que je connais bien le sujet", s'interroge le député.

Trump talks infrastructure initiative on Kentucky border
Trump called on Democrats and Republicans "to join together, if that is possible, in the great rebuilding of America". I mean, every single thing. "One of the biggest broken promises ever".

Edouard Philippe a par ailleurs annoncé que le projet de loi de moralisation de la vie politique, initialement prévue pour "avant les législatives" puis reportée, serait présentée en Conseil des ministres le 14 juin.

Richard Ferrand, qui s'est défini en "homme honnête", a exclu de démissionner du gouvernement.

Mais sans même parler des soupçons de conflit d'intérêts, l'exemplarité - l'un des piliers de la campagne et du début de mandat d'Emmanuel Macron - a été mise à rude épreuve par David Pujadas, quand celui-ci a rappelé que le ministre avait embauché son fils durant quatre mois à l'Assemblée nationale, une pratique que vise à interdire la future loi de moralisation publique. "(...) Pendant dix jours, ça nous laisse une excellente vitrine du macronisme réel", a raillé le leader de la France insoumise lors d'une conférence de presse. "Ça sent la carabistouille cette affaire", grince de son côté le leader de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, estimant qu'elle est "une excellente vitrine du macronisme réel", pris "la main dans le pot".

"L'enquête que vous ne manquerez pas de diligenter permettra de connaître précisement les conditions dans lesquelles le conseil d'administration des Mutuelles de Bretagne a statué, savoir s'il était informé de cette relation de proximité entre Richard Ferrand et Sandrine Doucen", sa compagne ayant finalement acheté le bien immobilier pour aussitôt le louer à l'organisme.