Mardi, 2 Mars 2021
Dernières nouvelles
Principale » Moscovici: la Première ministre Theresa May "a perdu son pari"

Moscovici: la Première ministre Theresa May "a perdu son pari"

09 Juin 2017

Les conservateurs sont en tête du scrutin mais ont perdu une douzaine de sièges, tandis que l'opposition travailliste en a gagné une petite trentaine, selon des résultats quasi définitifs au terme desquels les Tories ne peuvent plus obtenir de majorité absolue.

La publication de ces premiers chiffres a entrainé une chute de la livre sterling jeudi soir. Idem face à l'euro qui montait à 88,24 pence, contre 86,60 pence.

Elle reculait également face au dollar, à 1,2745 dollar pour une livre contre 1,2962 la veille.

Theresa May avait convoqué le scrutin en avril, contrairement à ses propres engagements, en espérant surfer sur des sondages créditant son parti d'une avance de 20 points sur le Labour.

"La baisse de la livre "aurait pu être bien pire, cela pourrait refléter le fait que l'électorat a clairement rejeté le Brexit dur promu par la Première ministre", a déclaré Russ Mould, directeur des investissements chez AJ Bell. Mais maintenant elle devra d'abord régler les problèmes dans son parti où certains diront qu'ils ne faut pas donner le moindre penny à Bruxelles", ajoute Paul Kelly.

"Le grand pari de May échoue", titre à la Une le quotidien The Times, proche des conservateurs, soulignant que le rêve du Premier ministre de renforcer sa majorité "semble réduit en lambeaux".

Les Bourses de Paris et de Francfort n'étaient pas non plus troublées par ce résultat inattendu qui renforce les incertitudes quant à la position britannique lors des négociations imminentes sur le Brexit.

3-on-3 basketball added to 2020 Tokyo Olympic program
The biggest cut hit one of the biggest sports: Athletics, which includes track and field, will have 105 fewer athletes in Tokyo. A men's 800 and a 4×100 mixed medley relay - another possible event for Ledecky - was also added.

Arrivée au pouvoir sans être élue pour remplacer un David Cameron délégitimé par l'échec de son référendum européen, la Première Ministre Theresa May a décidé de convoquer ces élections anticipées dans le but affiché d'élargir sa majorité.

©AFP PHOTO / NIKLAS HALLE'N - Le leader des Tories, Jeremy Corbyn.

Mais M. Corbyn a mené une campagne dynamique, multipliant les meetings au contact des électeurs, proposant un programme résolument à gauche et exploitant plusieurs faux pas de Mme May, notamment sur la protection sociale.

Le Brexit a été paradoxalement éclipsé durant la campagne par les questions de la protection sociale et de la sécurité dans ce pays frappé par trois attentats en moins de trois mois.

A Tokyo, l'indice Nikkei a clôturé en hausse de 0,52%, soutenu par l'envolée d'un de ses poids lourds, SoftBank, après l'annonce d'un accord pour le rachat de la société de robotique Boston Dynamics à Alphabet, la maison mère de Google. C'est le conservateur Matt Warman qui s'octroie la place de MP attachée à cette localité. Le parti europhobe Ukip a lui disparu du Parlement, selon ces projections. Il y a deux ans, la formation avait obtenu un siège.

Les médias évoquent d'ores et déjà la nécessité imminente de former des coalitions au sein du parlement britannique. " Je n'aurai pas d'autre choix que de revenir en politique active si c'est le cas", a-t-il lancé.

À gauche, les nationalistes écossais du SNP reculeraient à 34 sièges, contre 56 précédemment, selon les projections. Les Libéraux-Démocrates, ouvertement europhiles, gagnent six sièges à 14 mandats, mais sans parvenir ainsi à fédérer le camp des 48% des Britanniques qui avaient voté contre le Brexit.