Dimanche, 15 Décembre 2019
Dernières nouvelles
Principale » Iran: les assaillants étaient des Iraniens recrutés par l'EI

Iran: les assaillants étaient des Iraniens recrutés par l'EI

09 Juin 2017

Selon la presse, l'organisation terroriste dite Etat islamique a revendiqué ces attentats.

Jamais encore le groupe Etat islamique n'avait frappé l'Iran. Le ministère iranien du Renseignement a indiqué jeudi que de nouveaux suspects liés aux deux attentats avaient été interpellés en plus des six ressortissants iraniens, dont une femme, qui avaient été appréhendés mercredi.

Le premier groupe qui a attaqué le mausolée de l'imam Khomeiny " était composé de deux personnes.

Comme le rappelle l'Associated Press, les attaques de mercredi contre le parlement et la tombe du leader révolutionnaire iranien ont fait au moins 17 morts et plus de 40 blessés, en plus de choquer la population.

Ils avaient été contraints de quitter l'Iran après qu'Abou Aisha y eut été tué, avant de revenir pour y commettre les attaques à Téhéran. Au même moment, des médias d'Etat ont fait état d'une fusillade avec plusieurs blessés au Parlement à Téhéran, à plusieurs kilomètres de là.

Tous les assaillants qui ne se sont pas suicidés ont été tués par les forces de l'ordre au cours de l'attaque mais d'imposantes forces de sécurité sont restées présentes autour des lieux visés, après l'attentat.

A Washington, tout en soulignant prier pour le " peuple iranien", Donald Trump a lancé une mise en garde contre Téhéran: " les états qui appuient le terrorisme risquent de devenir les victimes du mal qu'ils soutiennent", a-t-il dit dans un bref communiqué.

Bloomberg leads mass coalition declaring support for Paris climate deal
Former Democratic President Barack Obama expressed regret over the pullout from a deal, he was instrumental in brokering. In Donald Trump , the United States has a President who does not heed two of his most important officials.

Damas et Bagdad, également alliés de Téhéran, ont dénoncé ces attaques.

Un député a déclaré à la radiotélévision iranienne Irib que trois hommes armés avaient pénétré dans l'enceinte du Parlement, armés de fusils et d'un pistolet.

Une photo publiée par plusieurs agences montre une tête tranchée, présentée comme étant celle d'un des assaillants au mausolée. Pour Damas, ces attentats "ne dissuaderont en rien la détermination de l'Iran et de la Syrie à poursuivre la lutte contre le terrorisme".

L'Iran chiite et la Russie sont engagés militairement en Syrie aux côtés du pouvoir contre les groupes rebelles et djihadistes, principalement le groupe EI.

Les Emirats font partie des pays arabes emmenés par l'Arabie saoudite sunnite, grande rivale de l'Iran chiite, qui ont rompu avec le Qatar en l'accusant à la fois de soutenir " le terrorisme " et de se rapprocher de Téhéran. Jusque-là, ces menaces n'ont pas été prises au sérieux, d'autant que les attaques de Daesh en Irak, en Afghanistan et au Pakistan n'avaient pas touché les grands pôles urbains.

Ennemi juré de l'Iran dans la région, l'Arabie Saoudite ne serait pas mécontente de voir le pays des mollahs rentrer dans une sorte d'infernale terroriste. C'est la première fois que l'Iran est attaqué depuis les années 2000.