Lundi, 23 Juillet 2018
Dernières nouvelles
Principale » Donald Trump accuse le Qatar de financer les extrémistes

Donald Trump accuse le Qatar de financer les extrémistes

09 Juin 2017

Ils ont dit qu'ils allaient adopter un ligne dure sur le financement."Lundi, le royaume saoudien, Bahreïn, les Emirats arabes unis, le Yémen, l'Egypte et les Maldives ont rompu toute relation diplomatique et commerciale avec le petit émirat du Qatar, accusé de "soutenir le terrorisme".

La crise a éclaté lundi lorsque l'Arabie saoudite, les Emirats et Bahreïn, pays du Golfe voisins du Qatar, ainsi que l'Egypte ont rompu leurs relations diplomatiques avec Doha.

Le ministre d'Etat émirati aux Affaires étrangères Anwar Gargash a déclaré à l'AFP que la question ne portait pas sur "un changement de régime" mais sur la nécessité d'un "changement de politique".

En rompant brutalement avec le Qatar, l'Arabie saoudite fait d'une pierre deux coups: elle se fait passer pour un allié fiable dans la lutte antiterroriste et anti-islamiste - ce qui est en soi ubuesque et digne d'une l'intox soviétique - et elle envoie un message au Qatar afin de le contraindre à rompre avec l'Iran et les Frères musulmans. En fait, on reproche non pas au Qatar de soutenir en soi des terroristes, puisque les Saoudiens les battent de très loin dans ce sport depuis des décennies, mais de soutenir certains terroristes frères musulmans actifs en Egypte et à Gaza, et d'une manière générale la Confrérie des Frères musulmans, bêtes-noires des Saoudiens, des Emiratis et de l'Egypte, non pas en raison de leur idéologie sunnite-islamiste, mais parce que la Confrérie inspire les seuls partis politiques islamistes " démocratiques " capables de mobiliser les masses et de gagner des élections, donc de renverser les dictatures militaires ou tribalo-monarchistes en place dans le monde arabe et qui ont été très secouées par les révolutions arabes, elles-mêmes récupérées par les Frères musulmans.

Le président français Emmanuel Macron, lors d'entretiens séparés avec l'émir du Qatar, le président iranien Hassan Rohani et le roi Salmane d'Arabie Saoudite a "invité toutes les parties prenantes à poursuivre (.) le dialogue", rappelant son "attachement à préserver la stabilité dans la région et à lutter sans ambiguïté contre le terrorisme et le financement de tout type de mouvement terroriste". Il a également appelé l'homme fort d'Abou Dhabi, Mohammed ben Zayed Al Nahyane.

New craft beer guide an essential resource
The Virginia Craft Brewers Guild held its sixth Virginia Craft Beer Cup Awards Ceremony Monday at WestRock in Richmond. More than 240 brewers were in attendance, and 356 beers were entered into 24 categories.

Le chef de la diplomatie saoudienne Adel al-Jubeir, qui s'est rendu à Paris et à Berlin, a déclaré mercredi n'avoir demandé de médiation ni à la France ni à l'Allemagne.

Après avoir soutenu l'isolement du Qatar, le président américain Donald Trump a fait volte-face, offrant son aide pour désamorcer la crise. C'est peut-être "le début de la fin de l'horreur du terrorisme", avait-t-il écrit.

Des pays, comme la Turquie, essaient aussi de jouer les médiateurs dans la crise, la plus grave depuis la naissance en 1981 du Conseil de coopération du Golfe (CCG - Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Qatar, Koweït, Oman).

Lors d'un entretien téléphonique avec cheikh Tamim, M. Trump a "proposé d'aider les différentes parties à régler leurs différends, y compris à travers une rencontre à la Maison Blanche si nécessaire". Les dirigeants ont montré du doigt le Qatar - Et regardez!

Ces pays ont accompagné leur décision de mesures de rétorsion: la fermeture de leurs frontières terrestres et maritimes avec Doha, la suspension des vols de leurs compagnies aériennes en direction de cette ville, la fermeture de leurs espaces aériens à la compagnie Qatar Airways et des restrictions sur le déplacement des personnes. Des habitants de Doha prennent d'assaut les supermarchés.

Donald Trump accuse le Qatar de financer les extrémistes