Lundi, 19 Novembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » La Chine et l'Europe inquiètes avant l'annonce de Trump — Climat

La Chine et l'Europe inquiètes avant l'annonce de Trump — Climat

03 Juin 2017

Le Président Trump a annoncé jeudi la sortie des États-Unis de l'accord de Paris sur le climat, signé en décembre 2015 par plus de 190 pays, tout en se déclarant prêt à lancer des " négociations pour un nouveau traité ".

Les réactions ont fusé des quatre coins de la planète - dans la sphère politique mais aussi économique - entre stupeur, colère et effarement, mais aussi détermination à poursuivre l'effort collectif promis à Paris.

"Dans la période précédant l'accord de Paris, les dirigeants de la chimie européenne ont publiquement soutenu un solide accord global sur le changement climatique et ont applaudi les efforts diplomatiques pour parvenir à un accord ambitieux et globalement contraignant".

"Notre partenariat (avec la Chine) aujourd'hui est plus important que jamais", a assuré M. Juncker. Une scène extrêmement commentée lors de laquelle le président français a, de l'avis de l'ensemble de la presse américaine, pris le dessus sur son homologue, peu habitué à ce genre de défaites symboliques.

Lors de son annonce à la Maison Blanche, le président s'était défendu en rappelant avoir été "élu pour représenter les habitants de Pittsburgh, pas de Paris".

Le choix de Donald Trump repose sur un argument financier et économique.

S'ils "regrettent" cette décision, Berlin, Paris et Rome ont souligné, dans un communiqué commun, que l'accord ne pouvait en aucun cas être renégocié. Il a ainsi ajouté: "Les États-Unis rejoignent la Syrie, le Nicaragua et la Russie, en décidant de ne pas participer à l'accord mondial de Paris". "Quelques jours plus tard, Trump a eu sa revanche".

Trump, "seule personne sur la planète qui n'aime pas Paris" pour Hidalgo
Avant la Cop21, les experts estimaient que la température augmenterait de 4 à 5 degrés si rien n'était fait d'ici 2100. "Nous n'avons jamais eu un président à la mégalomanie aussi destructrice à la Maison Blanche".

Après des semaines d'atermoiements, l'homme d'affaires tient ainsi une de ses promesses de campagne au nom de la défense des emplois américains.

Autre puissance asiatique, l'Inde a appelé au respect de l'accord de Paris. Elle donne une indication sur le rôle que les Etats-Unis sous la direction de Donald Trump entendent jouer sur la scène internationale dans les années à venir.

Elon Musk, par exemple, le très médiatique PDG du constructeur de voitures électriques Tesla et ardent défenseur des énergies renouvelables, a immédiatement quitté les différents cénacles de grands patrons conseillant Donald Trump, suivi par le PDG de Disney.

Barack Obama a, lui, amèrement regretté cet arbitrage de son prédécesseur: 'J'estime que les Etats-Unis devraient se trouver à l'avant-garde.

L'objectif des Etats-Unis, fixé par l'administration Obama, était une réduction de 26% à 28% de leurs émissions de gaz à effet de serre d'ici 2025 par rapport à 2005. En raison de la procédure prévue, cette sortie ne deviendra effective qu'en 2020. Le président français avait bien pris soin de préciser que la manière très musclée dont il avait serré la main de Donald Trump n'avait rien d'innocent. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP.

Au-delà de la secousse que représente cette annonce, l'inquiétude est réelle concernant les financements, tant pour la Convention climat de l'ONU (23% du budget apportés par les Américains) et l'aide internationale aux pays les plus pauvres, à l'instar du Fonds vert.