Jeudi, 9 Juillet 2020
Dernières nouvelles
Principale » L'Accord de Paris est "essentiel", selon Merkel — Climat

L'Accord de Paris est "essentiel", selon Merkel — Climat

02 Juin 2017

"Il s'agit selon moi d'un traité essentiel", a déclaré la chancelière allemande à la presse à Berlin.

"Mais bien sûr, nous espérons aussi le faire avec la coopération des autres", a-t-il ajouté, dans une allusion aux menaces de sortie du président des Etats-Unis.

Cent quatre-vingt-quinze pays se sont engagés à combattre le réchauffement climatique en diminuant les gaz à effet de serre. Et les deux responsables ont insisté pour dire qu'ils étaient favorables à un "ordre mondial basé sur des règles". C'est ainsi que Elon Musk, tout comme le président d'Uber avaient été nommés conseillers, plus précisément dans l'équipe chargée d'assister le président américain dans gestion des affaires économiques. À ce titre, et à l'instar de nombreux dirigeants d'entreprise américains, Elon Musk exhortait Donald Trump à rester dans l'accord.

"Je vais annoncer ma décision sur l'accord de Paris, jeudi à 15h00". L'opposition est forte, y compris au sein de la Maison-Blanche. Une déclaration que les médias américains, à l'instar de CNBC, assimilent à un préalable avant d'acter le retrait des USA de l'accord sur le climat. D'après le magazine Bloomberg, le patron d'Apple, Tim Cook, a passé un coup de fil au président américain un peu plus tôt cette semaine, lui demandant de prendre la meilleure décision, celle de maintenir les États-Unis l'accord de la COP21.

Trump va annoncer le retrait de l'accord de Paris sur le climat
En raison de la procédure prévue, cette sortie ne deviendra effective qu'en 2020. Trump et reprendraient le flambeau en matière de protection de l'environnement.

L'Union européenne et la Chine réaffirmeront, lors d'un sommet à Bruxelles jeudi 1er juin et vendredi 2 juin, leur soutien à ce texte quelle que soit la position du président américain, a indiqué un dirigeant européen sous couvert d'anonymat.

Pendant sa campagne, l'homme d'affaires septuagénaire, qui martèle vouloir mettre fin à la "guerre contre le charbon", avait promis d'"annuler" cet accord. Mais depuis son installation à la Maison Blanche, il a envoyé des signaux contradictoires, reflets des courants contraires qui traversent son administration sur la question climatique mais aussi, au-delà, sur le rôle des Etats-Unis dans le monde et leur rapport au multilatéralisme. Les détails de ce retrait sont élaborés par un groupe de fonctionnaires qui comprend le chef de l'Agence américaine de protection de l'environnement, Scott Pruitt.

Concrètement, Donald Trump pourrait invoquer l'article 28 de l'accord de Paris, qui permet aux signataires d'en sortir, mais, en raison de la procédure prévue, cette sortie ne deviendrait effective qu'en 2020. Une autre solution pourrait être de sortir purement et simplement de la Convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique (Cnucc).