Dimanche, 23 Février 2020
Dernières nouvelles
Principale » Donald Trump confirme le retrait des États-Unis — Accord de Paris

Donald Trump confirme le retrait des États-Unis — Accord de Paris

02 Juin 2017

'Je vais annoncer ma décision sur l'accord de Paris, jeudi à 15h00 (21h00 en Suisse). L'annonce, source d'intenses spéculations, a été faite depuis les jardins de la Maison Blanche, avec plus de 30 minutes de retard sur l'horaire prévu. "RENDRE SA GRANDEUR A L'AMERIQUE!", a tweeté mercredi soir Donald Trump, reprenant son slogan de campagne. Un effet domino qui pourrait entraîner, parmi les 195 signataires actuels, la Russie, l'Inde ou l'Australie selon François Gemenne: "Ces pays n'étaient pas particulièrement favorables à l'accord et l'ont rejoint pour ne pas faire figure de mauvais élèves".

De quoi placer les États-Unis au ban des nations, mais cela n'émouvra sans doute pas le président américain.

De son côté Elon Musk a twitté pour témoigner de ses efforts pour convaincre le Président Trump de respecter l'Accord de Paris.

Les émissions de gaz à effet de serre et la lutte contre le réchauffement climatique, voilà des sujets qui touchent de près Apple et Tesla, comme beaucoup d'autres entreprises...mais Donald Trump ne semblent pas s'en inquiéter.

La question a profondément divisé le sommet du G7 qui vient de s'achever en Italie, tous ses participants, à l'exception du président américain, ayant réaffirmé leur engagement envers ce texte.

Ces joueurs d’origine africaine évoluant pour des nations européennes
C’est également le cas de l’attaquant de Liverpool Christian Benteke. C’est ce que vous découvrirez dans cet article.

Pendant sa campagne, M. Trump avait promis d " annuler' l'accord. Scott Pruitt, numéro 1 de l'Agence de protection de l'environnement américaine, travaillerait sur le processus de retrait. Le 31 mai, ExxonMobil, la plus grande société pétrolière américaine, se prononçait en faveur de l'accord de Paris.

"Le retrait de l'accord de Paris est dans l'intérêt économique des Etats-Unis et n'aura pas d'impact sur le climat", a-t-il assuré. L'ancien président démocrate a d'ailleurs immédiatement dénoncé la décision de son successeur. Visiblement, 'L'Amérique d'abord' veut dire 'Les pollueurs d'abord'.

Au contraire du Protocole de Kyoto (1997), l'accord conclu à Paris ne fixe pas d'objectif contraignant par pays, les engagements nationaux reposant sur une base volontaire.

Énergies fossiles: selon les experts du Giec, pour rester sous 2°C, il faut que les émissions de gaz à effet de serre soient diminuées de 40 à 70% d'ici 2050.

La Maison Blanche a, à plusieurs reprises, jugé ces chiffres trop élevés, jugeant que s'y tenir serait "handicapant" pour la croissance américaine.