Dimanche, 9 Août 2020
Dernières nouvelles
Principale » "Situation pas du tout préoccupante dans le Rhône" — Pénurie d'essence

"Situation pas du tout préoccupante dans le Rhône" — Pénurie d'essence

01 Juin 2017

Le mouvement de grève et les barrages filtrants ont ralenti l'activité de plusieurs dépôts franciliens, avec des conséquences sur de nombreuses stations service. "On attend d'être livré. comme tout le monde", dit le pompiste. Heureusement, le site internet mon-essence.fr a répertorié les différentes stations et comptabilise plus de 800 pompes affectées avec 418 présentant des citernes complètement vides (ce matin), sur les quelque 11.000 stations de l'Hexagone. D'autre part, 75 % des chargements en carburant sont assurés ce qui n'entraine pas de risque de rupture dans la chaine d'approvisionnement. Total (2500 stations en France) confirme ces dires en indiquant que toutes ses stations sont approvisionnées. Les stations d'essence ferment donc leurs portes une à une.

Au début du mouvement, l'Union française de l'industrie pétrolière (Ufip) avait demandé aux consommateurs de ne pas se ruer vers les stations, pour éviter une pénurie créée par un effet de panique comme au printemps 2016, lors des grèves contre la réforme du code du Travail.

La fédération entend "négocier" l'insertion dans la convention collective du transport routier de "spécificités" propres aux matières dangereuses (carburant, gaz, produits chimiques.).

Orange, Cofidis et SFR boycottent à leur tour Cyril Hanouna
Ces mêmes marques qui portent leurs valeurs de tolérance en étendard n'ont pas semblé particulièrement motivées pour mettre un terme à leurs campagnes promotionnelles auparavant.

La pénurie de carburants touche-t-elle à sa fin? Elle revendique notamment une durée journalière de travail maximale de 10 heures, un suivi médical semestriel spécifique, un taux horaire minimal de 14 euros de l'heure et un treizième mois. Les deux principales organisations patronales du secteur, la FNTR et TLF, refusaient jusque-là d'ouvrir des discussions, en expliquant notamment que des négociations étaient d'ores et déjà prévues en juillet. "La CGT a parlé d'avancées " significatives " et juge " possible la levée du mouvement ".

Les représentants de la CFDT, Thierry Douine et Patrick Blaise, ont appelé le gouvernement, qui s'est saisi du dossier mercredi, "à jouer pleinement son rôle" pour garantir "la même règle du jeu" chez tous les transporteurs.