Vendredi, 17 Août 2018
Dernières nouvelles
Principale » Le tweet qui fait tiquer la magistrature — Bayrou

Le tweet qui fait tiquer la magistrature — Bayrou

31 Mai 2017

Ce tweet a été relayé dans la nuit de lundi à mardi sur le compte Twitter de François Bayrou.

Le député "Les Républicains" élu dans le Rhône et secrétaire national à la Justice de son mouvement politique, Georges Fenech, est lui aussi monté au créneau en publiant un communiqué, auquel BFMTV a eu accès, ce mardi. Après l'annonce de l'ouverture d'une enquête préliminaire à l'encontre de 19 eurodéputés, le garde des Sceaux a pris la peine de retweeter et "liker" le message de défense de Marielle de Sarnez, ministre en charge de l'Europe et des Affaires étrangères, visée par les investigations. Après la mise en garde d'Edouard Philippe sur les ministres mis en examen qui devraient démissionner, le réseau social s'est immédiatement agité ce mardi soir, au rythme des interrogations des internautes: pourquoi François Bayou a enlevé de sa petite bio "garde des Sceaux" et l'a remplacé par un simple "maire de Pau"? Marielle de Sarnez a en effet annoncé porter plainte pour dénonciation calomnieuse à l'égard de Sophie Montel.

Capture d'écran du "retweet" du communiqué de défense de Marielle de Sarnez par François Bayrou, mardi 30 mai 2017. Une forme de soutien qui interroge les représentants de FO magistrats et de l'Union syndicale de la magistrature.

Emploi d'assistants: Montel (FN) voulait dénoncer "le deux poids deux mesures"
Marielle de Sarnez siégeait au Parlement européen jusqu'à sa nomination au gouvernement , en tant que députée Modem de la circonscription Île-de-France.

Ces explications n'ont visiblement pas convaincu Georges Fenech. "Alors que le garde des Sceaux, d'ordinaire si bavard sur les affaires judiciaires, est resté particulièrement silencieux sur l'affaire visant Richard Ferrand, François Bayrou a 'retweeté' puis 'liké' le communiqué de presse de Marielle de Sarnez", relève George Fenech dans un communiqué.

Le Parisien. " Comment interpréter le fait que le garde des Sceaux, qui s'est abstenu de tout commentaire dans l'affaire Ferrand au nom de l'indépendance de la Justice, tweete en faveur d'une collègue ministre alors qu'elle est sur le point de lancer une procédure judiciaire? "Cette atteinte grave à l'indépendance de l'autorité judiciaire ne peut rester sans réponse", estime-t-il. Mais nul n'ignore que le Béarnais est désormais ministre de la Justice et, à ce titre, garant de l'indépendance des magistrats. "Je demande au Président Macron d'assurer sans délai aux Français que les enquêtes en cours visant tous les membres du gouvernement se dérouleront dans le strict respect du code de procédure pénale, sans pression directe ou indirecte du pouvoir".